Partagez | 
 

 Le Rituel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
La Völva


avatar


Date d'inscription : 12/12/2015
Messages : 118

MessageSujet: Le Rituel    Mar 26 Jan - 17:50

Le Rituel est expliqué et décrit par ici.

Si vous souhaitez que le staff vous propose quelques divinités parmi lesquelles vous choisirez celle de laquelle se réclamera votre personnage, vous pouvez poster à la suite (avec éventuellement une petite introduction RP), mettant votre personnage en scène lorsqu'il accomplira le rituel. Si vous ajoutez le lien vers votre fiche de personnage dans votre profil, histoire qu'on puisse aller la relire facilement, ce sera adorable (et surtout, ce ne sera plus à faire, ce qui n'est pas rien).

ATTENTION : dans l'histoire de votre personnage, une seule divinité se manifestera : la liste que nous vous donnerons est uniquement présente pour vous laisser un minimum de choix quant au devenir de votre personnage. Si vous souhaitez jouer RP à fond et ne pas choisir, soit vous le mentionnez avant et on ne vous donnera qu'une seule divinité, soit vous prenez la première divinité de la liste : ce sera celle que nous aurons estimé le plus en accord avec votre personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org
Aslaug Mìrskytar


avatar


Date d'inscription : 29/02/2016
Messages : 75
Age du personnage : 20 ans
Divinité protectrice : Tyr
Pouvoir : Inertie à létalité variable

MessageSujet: Re: Le Rituel    Mar 1 Mar - 0:40

Aslaug, sa vie, son oeuvre sa fiche


La pointe de flèche dansait dans le sillon de ses seins, rassurante. Pas encore poli par l'usage, le porte-bonheur piquait à l'occasion la peau d'albâtre mouchetée de grains de beauté sans interrompre les gestes résolus d'Aslaug. L'os du pendentif, avait-elle décrété, s'émousserait avant elle.

Posément, la rousse releva les manches de ses vêtements et sortit de son sac la pierre qu'on lui avait confiée. Elle la conserva sur ses genoux alors qu'elle examinait d'un oeil critique les flammes. Elles étaient certainement hautes, mais étaient-elles aussi hautes qu'elles pouvaient l'être ? Il s'agissait après tout de faire honneur à son Clan, à son sang – et pour cela, il lui fallait les plus hautes flammes que puisse produire son feu. Les iris d'un saphir royal glissèrent sur sa réserve de bûches, dans laquelle la demoiselle avait glissé quelques bois au parfum marqué. Une considération bien pesée troubla la surface du regard, puis la fille du Vent se saisit de quelques branches qu'elle ajouta au feu. Alors que les flammes s'en emparaient avidement et leur soutiraient des arômes volatils, Aslaug saisit la pierre dans son giron et la posa au centre du foyer. La chaleur attaqua ses avant-bras nus, tendit vers sa crinière flamboyante des éclats tout aussi roux que les mèches de la jeune fille.

La pierre bien installée au coeur des braises et des bûches rongées de feu, l'aînée des Mìrskytar se rassit sagement sur ses talons et ferma brièvement les yeux le temps d'une prière muette. Dieux, soyez témoins de ma bravoure. Posez votre regard sur mon âme. Je porterais vos couleurs au plus haut ; je vous ferais honneur. Accordez-moi une chance.

Les mots résonnèrent dans son coeur en échos respectueux. Ils s'y mêlèrent aux espoirs muets à la détermination concentrée qui couvaient sous les iris céruléens de la jeune fille. Puis, doucement, ils s'éteignirent pour laisser place au crépitement des flammes qui retombaient doucement en braises. Souple, Aslaug se décida à déplier sa silhouette vêtue aux couleurs de son Clan pour rajouter une brassée de bois dans son foyer – assez pour l'entretenir, pas trop pour ne pas épuiser sa réserve. Puis, comme le feu repartait de plus belle, elle s'intéressa au contenu du sac qu'on lui avait confié. La pierre, elle le savait, trônait au centre des flammes, léchée de suie et noircie de cendres. Le gâteau au miel attendait encore, soigneusement emballé, que le soleil perce pour être offert. Elle le savait pour l'avoir préparé elle-même – le reste de la pâte avait été assemblé en petites gourmandises pour ses soeurs. La rune qui avait choisi pour elle ce jour de rituel, la rousse la sortit. Elle la retourna entre ses doigts, effleura la gravure en creux comme si elle pouvait y trouver une vérité cachée. Rien ne vint. Sans se décourager ou s'impatienter, la jeune fille posa bien en vue l'objet, là où il serait éclairé par les lueurs de son feu.

Le dernier objet, enfin, celui glissé ici par sa mère, se révéla à son image : ambivalent. Sa lame aurait pu être utilisée par une respectable épouse au foyer autant que par une combattante, plus rares parmi les femmes. Elle aurait pu tuer dans les mains d'un chasseurs, elle aurait pu créer entre les mains d'un artisan. L'ombre d'un sourire effleura les lèvres de la rouquine. En ce jour de carrefour, de grand croisement pour le chemin de son existence, elle se sentait à l'image de ce couteau : un outil entre les mains des Ases. Celui ou celle qui s'emparerait d'elle formerait son dessein, plus peut-être que son éducation. Peut-être plus que sa volonté. Elle espérait ne pas avoir à le découvrir. Sa mère avait dû glisser la lame dans ce sac en pensant que sa fille voudrait s'occuper les mains – et de fait, elle avait envisager de graver des amulettes à l'effigie de chaque dieu pendant cette nuit, il était vrai. Au lieu de quoi, Aslaug posa la lame nue à côté de sa rune et la regarda roussir à la lueur des flammes. Non, aujourd'hui, elle patienterait – le dos droit, la tête haute, comme il convenait de le faire en attendant l'intervention des Ases.


[HRP : Merci d'avance x3]

_________________

Au nom du Vent
Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t19-aslaug-mirskytar
Jolgeirr Jorkiel


avatar


Date d'inscription : 16/01/2016
Messages : 120
Age du personnage : 26 ans
Divinité protectrice : Skadi
Pouvoir : Gel des muscles - coeur gelé
Age : 27

MessageSujet: Re: Le Rituel    Mar 1 Mar - 10:54

La naissance d'un Jol


Il regardait les flammes monter dans la nuit, laissant les couleurs chaudes éclairer son regard froid et pensif. Jolgeirr. Il n'y avait jamais réfléchi jusqu'ici. Jolgeirr. Que son frère puisse succomber à l'hiver et au froid, qu'il n'y ait plus de soleil dans le diptyque de la nouvelle génération, qu'enfin il se retrouve seul sous le regard de leur père. Jolgeirr. Perdre son nom serait-il une nouvelle épreuve ou allait-il s'y soumettre comme il se soumettait à ce que les dieux lui envoyaient depuis le début ? Jolgeirr. Ça avait sa sonorité. Ce n'était pas déplaisant. Il retourna son attention sur les flammes qui dansaient toujours hautes, léchant la pierre qu'il avait placée là en début de rituel. On lui avait expliqué comment faire naître et entretenir un feu. On lui avait fait tirer une rune en catastrophe, le bûcher de son frère à peine refroidi. Quand il n'était que Geirr, passer le rituel n'avait pas été une priorité. Varr avait attendu ses 17 solstices. Il avait été de Thor. Ca ne l'avait pas empêché d'y passer. Mais maintenant, il devait rattraper le retard. Se montrer au peuple. S'en faire aimer malgré la popularité de son aîné. Et pour cela, il devait montrer qu'il était, lui aussi, touché des dieux. Et qu'il ne se défilait pas devant les épreuves de tout un chacun. Il fit tomber la fourrure qu'il avait sur ses épaules. Il faisait chaud. Il ne se défilait pas. Il regardait les flammes, la lumière englobant ses yeux, faisant danser des ombres sur son visage juvénile. Jolgeirr, hein.

Au dehors, la nuit commençait déjà à se défiler. Les bruits nocturnes de froissement de neige et de craquement de branches laissaient peu à peu place au silence matinal. Les étoiles pâlissaient. Il serait bientôt l'heure du gâteau au miel. Une œuvre d'art que ce biscuit, levé et pâtissé par le meilleur boulanger du château pour le rituel de l'héritier du Clan. Il soupira. Un gaspillage de bons ingrédients et de main d’œuvre. Il ne pensait pas que les dieux s'intéressaient tellement au dessin de miel dans la friandise surtout si ce n'était pas lui qui l'avait fait. Il retroussa ses manches pour éviter que le textile ne s'enflamme et plaça l'offrande sur la pierre dans le foyer. La chaleur était forte, mais un simple froncement de sourcil lui permit de contrôler sa main. Le feu se mit à crépiter, prenant des teintes presque irréelles. Un changement dans l'équilibre de la combustion certainement. Quelque chose dans la recette de l'offrande pour impressionner les plus crédules. Rien de bien palpitant mais encore, c'était le but de l'exercice, non ? Lutter contre le sommeil, rester seul avec ses propres pensées. Elles n'avaient rien de beau, ses pensées. Il venait de perdre son frère et n'arrivait pas à le pleurer. Il avait perdu sa mère sans beaucoup plus d'émotions. Son père était toujours là et pourtant c'était sa mort qui dominait son esprit. Et ce qui arriverait après. La certitude d'être à la hauteur, d'avoir les capacités pour mener son peuple, son Clan vers de grandes choses. L'irréalisme de la situation, de se dire qu'il devait changer radicalement son mode de pensée. Plus besoin de réfléchir à comment manipuler Varr dans telle ou telle direction, il pourrait faire simplement ce qu'il avait prévu de faire pour le bien du Clan, avec l'aide des Ases.

Les bruits de l'aube avaient pris le dessus. On entendait la neige craquer déjà et les pas des plus matinaux rompre le manteau qui s'était posé durant la nuit. Plus qu'une dizaine d'heure et ce serait terminé. Il remit une bûche dans le feu, réorganisant le bois à demi consumé. Oxygène, nourriture et bases solides. Un feu, c'était un peu comme une nation. Il fallait le façonner sans vouloir le contraindre. Il attrapa le sac, voulant le poser un peu plus loin du foyer. Quelque chose tomba à ses pieds. C'était une sphère en bois. Un casse tête qu'il appréciait quand il était enfant. Qui avait mit ça dans son sac à offrande, là était la vraie question. Son père était son seul « proche ». Son père n'avait aucune idée de qui il était.

Sans réfléchir, l'adolescent avait initié la séquence de gestes permettant d'ouvrir la sphère pour dénicher le trésor à l'intérieur. Une simple petite sculpture en forme d'oiseau qu'il alla placer, de lui-même, sur le gâteau carbonisé. La figurine était jolie. Le casse-tête un fidèle compagnon de son enfance mais peut-être était-ce là la vraie signification du rituel. Au delà des Ases et de leurs présents, c'était dire au revoir à l'enfance et s'enfoncer dans le monde adulte. Jolgeirr.

Sans émotion particulière, Jolgeirr lança le reste du jouer dans le feu, regardant se consumer ce qui avait été le défi de son enfance, l'esprit résolument tourné vers les casse-tête de l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t18-jolgeirr-jorkiel
La Völva


avatar


Date d'inscription : 12/12/2015
Messages : 118

MessageSujet: Re: Le Rituel    Mer 2 Mar - 19:24

Aslaug

Le temps s'écoule, s'étire, et quelque chose change… comme s'il s'était arrêté, comme si l'instant devait durer toujours. Seules restent les flammes, témoins de votre attente silencieuse, seul mouvement à vos yeux, seul bruit à vos oreilles. Vous n'êtes plus tout à fait sur terre, pas encore ailleurs, et une présence se manifeste… vous finissez par reconnaître :

- Tyr
- Frigg
- Heimdall

Ce qui se déroule ensuite n'est connu que de la divinité et de vous. Même si vous vouliez en parler, vous en seriez physiquement incapable. On ne peut mettre de mots sur les mystères du divin.


Jolgeirr

Le temps s'écoule, s'étire, et quelque chose change… comme s'il s'était arrêté, comme si l'instant devait durer toujours. Seules restent les flammes, témoins de votre attente silencieuse, seul mouvement à vos yeux, seul bruit à vos oreilles. Vous n'êtes plus tout à fait sur terre, pas encore ailleurs, et une présence se manifeste… vous finissez par reconnaître :

- Skadi
- Bragi
- Loki

Ce qui se déroule ensuite n'est connu que de la divinité et de vous. Même si vous vouliez en parler, vous en seriez physiquement incapable. On ne peut mettre de mots sur les mystères du divin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org
Dagheidr Dalgaard


avatar


Date d'inscription : 16/01/2016
Messages : 280
Age du personnage : 19 ans
Divinité protectrice : Frigg
Pouvoir : Amplification des émotions
Age : 25

MessageSujet: Re: Le Rituel    Ven 11 Mar - 22:19

Venue adolescente, elle partira femme.

Il fait froid.

Dagheidr n'est pas frileuse d'ordinaire, elle est bien couverte et le feu est haut, mais elle a froid. La pression qui retombe peut-être un peu face aux flammes. Le sommeil qui la prend parfois, traître, et auquel elle a de plus en plus de mal à échapper.  C'est long, vingt-quatre heures d'éveil, quand on n'a déjà presque pas dormi la nuit précédente ni celle d'avant. De temps en temps elle se lève, tourne un peu autour du feu, le nourrit, regarde la nuit en espérant y discerner quelque chose, mais ses yeux gonflés de fatigue sont de toute façon trop habitués à la lumière des flammes. Les Plaines sont vides, si vides, et pourtant elle n'a qu'à tendre l'oreille pour entendre mille rumeurs. Le bétail rassemblé dans les grandes maisons d'hiver, qui ne sont plus que de petites lueurs au loin. Les appels des uns et des autres, qui portent si loin dans le silence de la nuit. La pierre au coeur du foyer, qui claque parfois sèchement comme pour s'assurer qu'elle reste éveillée. Elle s'est un peu brûlée en la déposant, une petite cloque s'est formée sur son pouce. Et partout le vent qui agite les restes d'herbe, les petits animaux qui grattent le sol, l'eau qui coule un peu partout, et les étoiles qui chantent dans le ciel. Non, les étoiles ne chantent pas.

L'adolescente se rassoit après un nouveau petit tour, dépose une nouvelle branche dans le feu - il est vif mais elle a froid - et lève la tête vers le ciel. Peut-être qu'elles chantent mais qu'elles sont trop loin pour qu'on les entende. Elle n'arrive pas à décider si ces pensées font ou non partie du Rituel. Est-elle censée laisser vagabonder son esprit ou le fixer sur les flammes ? Au fond, les flammes ne font-elles pas partie des Plaines, comme ce soir les Plaines font partie des flammes ? Non, pas des flammes. Du Rituel. Qui a besoin d'une grange ou d'un trou dans la roche quand il suffit de marcher dix minutes pour être aussi loin de toute sa vie ? Petit point perdu dans l'immensité du monde, à la merci des éléments et de tout, et pourtant a-t-elle déjà à ce point pris conscience de son appartenance à ce Monde ?

Du bout des doigts, la fille d'Arndis caresse son arc. Paquetage imposant, mais elle est seule, à dix minutes du renfort le plus proche. On ne sait pas. On ne sait jamais. Et elle n'aime pas ne pas savoir. Enfin, on n'a encore jamais entendu parler d'un prédateur qui attaquerait les aspirants au Rituel assis à deux pas d'un grand feu crépitant et claquant. C'est rassurant. Et puis elle connaît les bruits de la nuit. Elle les identifie tous sans peine, elle les côtoie depuis si longtemps. Il n'y a aucune raison de s'inquiéter. En plus la famille a comploté pour lui laisser un quelque chose pour son rituel. Une tresse de cinq fils différents, un pour chacun, attachée à un anneau de corne pour en faire un collier. De l'anneau pendent des éclats de bois sombre, de corne, de pierre rouge, de turquoise et de nacre. Un assemblage hétéroclite, mais infiniment cohérent à bien y penser. Un peu comme les Dalgaard. C'est bête mais quelque part elle a l'impression que le collier la protège, comme s'ils étaient là avec elle, à écouter le monde chanter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t17-dagheidr-dalgaard http://stigandr.forumactif.org/
La Völva


avatar


Date d'inscription : 12/12/2015
Messages : 118

MessageSujet: Re: Le Rituel    Sam 12 Mar - 15:59

Le temps s'écoule, s'étire, et quelque chose change… comme s'il s'était arrêté, comme si l'instant devait durer toujours. Seules restent les flammes, témoins de votre attente silencieuse, seul mouvement à vos yeux, seul bruit à vos oreilles. Vous n'êtes plus tout à fait sur terre, pas encore ailleurs, et une présence se manifeste… vous finissez par reconnaître :

- Frigg
- Idunn
- Baldr

Ce qui se déroule ensuite n'est connu que de la divinité et de vous. Même si vous vouliez en parler, vous en seriez physiquement incapable. On ne peut mettre de mots sur les mystères du divin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org
Reiel Saemansson


avatar


Date d'inscription : 21/01/2016
Messages : 121
Age du personnage : 18
Divinité protectrice : Loki
Pouvoir : Invocation d'images
Age : 22

MessageSujet: Re: Le Rituel    Jeu 17 Mar - 19:57

Saemansson, un homme et son péché mignon

Lentement, Reiel avança sa main vers le feu, puis, sous l'effet de sa chaleur intense, la retira instinctivement d'un geste brusque. Il devait placer un cailloux au centre des flammes, soit-disant pour "prouver son courage". Mais à qui, aux Ases? Ces êtres divins qui pouvaient sans doute scruter les confins de son âme, voir ses forces et ses faiblesses? Quelle blague! S'il avait été cousu de l'étoffe d'un guerrier, digne de Thor ou de Tyr, peut-être cette épreuve aurait-elle un sens. Mais ce n'était pas le cas.

Allez, Reiel, tu ne veux quand même pas décevoir Père! se dit-il soudain, un soupir bruyant s'échappant de ses entrailles. Bon. À trois, le caillou va dans le feu. Un... deux... trois!

Le poing du jeune homme fusa directement vers les flammes. Ses doigts s'ouvrirent, laissant tomber la pierre au dessus des bûches. Ce ne fut qu'une fois ressortie que la sensation de chaleur envahit sa main. Maintenant, il fallait attendre la levée du jour pour offrir le gâteau au miel - fait avec amour par Mère et Elli. Voilà pourquoi la petite tenait tant à ce qu'il ne mange pas la pâtisserie: échouer le rituel de cette manière serait un affront à sa soeur qui y avait mit tout son coeur. L'aîné au grand coeur ne pu que sourire; non, Elli, il ne te trahira pas.

Il regarda les vagues éclabousser l'entrée de la grotte. La marée montante ne devrait pas se rendre jusqu'au feu, du moins, si ses souvenirs étaient bons. Ou si Njörd était avec lui. Et si c'était lui, d'ailleurs, qui répondrait à son appel? Reiel s'imaginait à l'avant de la proue d'un navire, faisant  changer le sens des vagues d'un mouvement de la main. Avec cette pensée, il se mit à divaguer sur le don qu'il pourrait recevoir, son regard rivé sur la valse des flammes.

Au loin, il pouvait entendre l'eau se jeter sur les rochers à un rythme régulier, presque mélodique. Bercé par ce son et engourdi par le froid, la fatigue s'installa en lui, brouillant ses sens tel un poison insidieux. Il ferma doucement les yeux, puis, pris d'un vertige, leva brusquement la tête. Il avait un feu à surveiller; s'endormir maintenant n'était pas une option. Le jeune homme se décida enfin à sortir de sa besace l'objet que sa mère y avait laissé en secret: une sorte de cube en bois fait de parties mobiles, qu'il fallait ouvrir. Saeunn avait visé juste: voilà qui saurait chasser l'ennui et stimuler l'esprit de son fils.

_________________

Avatar utilisé avec la permission de WiseSnailArt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hjalmar Thorbjörn


avatar


Date d'inscription : 01/03/2016
Messages : 178
Age du personnage : 47 ans
Divinité protectrice : Skadi
Pouvoir : Une ouïe sur-développée, conçue pour la chasse !

MessageSujet: Re: Le Rituel    Ven 18 Mar - 15:59

On était en plein hiver et on se les gelait. Pourquoi les dieux avez décidé de lui faire quitter l'auberge dans laquelle il était le jour le plus froid de l'année hein? Comme s'il était pas assez dehors comme ça. Enfin bon, il les voulait ses pouvoirs ou pas? Les dieux c'est comme les humains, si tu veux quelque chose faut aller le chercher. Enfin il vous autorise d'allumer un feu... trop aimable à eux. C'était donc au cours d'une mission qu'il fallait que je passe le rituel. Mon maître aller me réprimander pour mon retard. Je lui inventerai des complications, pas grave. Bon, Je sortis mon matériel pour faire le feu dans la petite maison abandonné où j'avais pris refuge et j'allumais mon feu. Bon sang qu'il faisait froid. Comme le voulait le rituel je mis la pierre au milieu des flammes quand le feu eut bien prit. Ils prenaient ça pour une épreuve? Franchement? Même pas mal! Ne pas dormir seulement 24 heures ? J'ai fais pire.

Bon sang, les heures passaient et je m'ennuyais toujours autant dans cette foutue baraque, il fallait que j'aille tuer ma cible crénom de nom. Heureusement que l'aubergiste m'a donné une gourde de bière quand il a comprit ce que je faisais. Je n'ai pas été discret sur le coup. J'aurai dû voler ce gâteau au miel plutôt que de l'acheter, enfin pour une fois que mon indiscrétion m'arrange. Bon quand on est ivre ça passe toujours plus vite. Ah oui, ce gâteau au miel... Bon ça doit être l'heure de le brûler... Enfin débarrassé de ce consommable inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Völva


avatar


Date d'inscription : 12/12/2015
Messages : 118

MessageSujet: Re: Le Rituel    Ven 18 Mar - 17:26

Reiel

Le temps s'écoule, s'étire, et quelque chose change… comme s'il s'était arrêté, comme si l'instant devait durer toujours. Seules restent les flammes, témoins de votre attente silencieuse, seul mouvement à vos yeux, seul bruit à vos oreilles. Vous n'êtes plus tout à fait sur terre, pas encore ailleurs, et une présence se manifeste… vous finissez par reconnaître :

- Loki
- Bragi
- Freyja

Ce qui se déroule ensuite n'est connu que de la divinité et de vous. Même si vous vouliez en parler, vous en seriez physiquement incapable. On ne peut mettre de mots sur les mystères du divin.


Hjalmar

Le temps s'écoule, s'étire, et quelque chose change… comme s'il s'était arrêté, comme si l'instant devait durer toujours. Seules restent les flammes, témoins de votre attente silencieuse, seul mouvement à vos yeux, seul bruit à vos oreilles. Vous n'êtes plus tout à fait sur terre, pas encore ailleurs, et une présence se manifeste… vous finissez par reconnaître :

- Skadi
- Njörd
- Heimdall

Ce qui se déroule ensuite n'est connu que de la divinité et de vous. Même si vous vouliez en parler, vous en seriez physiquement incapable. On ne peut mettre de mots sur les mystères du divin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org
Ulfskarn Bjarnsson


avatar


Date d'inscription : 16/05/2016
Messages : 37
Age du personnage : 46 ans
Pouvoir : Double-vue justicière

MessageSujet: Re: Le Rituel    Lun 16 Mai - 13:36

La croisée des chemins du jeune fils de Bjarn.

Le feu crépitait doucement tandis que la lueur se reflétait sur les murs de la caverne. Ulfskarn remua ses jambes engourdies et chercha à concentrer son esprit sur les hautes questions spirituelles. Sa main ne cessait de remuer la rune qu'il avait tiré, la retournant, la serrant, la caressant. Il se demandait bien quel Ase allait lui apparaître. S'agirait-il du grand Thor ? Son père lui avait promis de forger un grand marteau en son honneur si c'était le cas, Ulfskarn l'avait remercié. Mais maintenant il se sentait coupable.

Coupable et horrifié de souhaiter un autre Ase que Thor.

Bjarn le forgeron, son père, voyait en lui sa succession. Pour lui, son fils reprendrait la forge, reprendrait les honneurs accompagnant cette position et assurerait le futur de la famille. L'autre main d'Ulfskarn fouilla le sac de tissu rêche pour y tirer le marteau de forge, objet que son père lui avait glissé avant son départ. Le poids de l'objet n'était rien comparé à celui de sa signification : voici ton chemin fils, voici ton destin.

En vérité, Ulfskarn aurait préféré emporter le jeune Rolf, son chiot aux airs de loup sauvage. Le cadeau de sa grande-mère, Helgi la veneuse. Ulfskarn adorait son aïeule et ce qu'elle faisait : elle s'occupait des chiens, les soignaient, les entraînaient, les dressaient. D'un geste, une dizaine obéissait, et d'un mot, elle pouvait les mener au-devant d'elle, comme une armée redoutable et vaillante. Depuis longtemps Ulfskarn souhaitait faire comme elle, mais il n'en avait jamais parlé à personne... Et maintenant il se retrouvait seul devant le feu, à passer son rituel l'estomac noué.

Car l'Ase qui apparaîtrait l'influencerait sans aucun doute sur son futur et il le savait. Il avait de plus en plus peur, à mesure que le temps s'écoulait. Pendant un instant, il fut même tenter de quitter l'endroit, de s'éloigner de ce chemin qu'il entamait. Mais les Ases s'en seraient courroucés, et Ulfskarn avait été éduqué dans le respect de la religion.

Aussi, il se tenait assis, des fourmis dans les jambes, la peur au ventre et la bouche close. Il attendait celui qui viendrait à lui après qu'il aurait glissé le petit gâteau au miel. Il attendrait celui qui symboliserait son choix : allait-il vivre en accord avec les souhaits de son père, sourd à son cœur ? Ou bien serait-il dresseur de bêtes, en paix avec sa volonté, mais portant la déception de son père sur les épaules ?

Aucun feu n'aurait pu réchauffer son âme en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t93-ulfskarn-bjarnsson
La Völva


avatar


Date d'inscription : 12/12/2015
Messages : 118

MessageSujet: Re: Le Rituel    Mar 17 Mai - 2:37

Le temps s'écoule, s'étire, et quelque chose change… comme s'il s'était arrêté, comme si l'instant devait durer toujours. Seules restent les flammes, témoins de votre attente silencieuse, seul mouvement à vos yeux, seul bruit à vos oreilles. Vous n'êtes plus tout à fait sur terre, pas encore ailleurs, et une présence se manifeste… vous finissez par reconnaître :

- Tyr
- Skadi
- Heimdall

Ce qui se déroule ensuite n'est connu que de la divinité et de vous. Même si vous vouliez en parler, vous en seriez physiquement incapable. On ne peut mettre de mots sur les mystères du divin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le Rituel    Mer 18 Mai - 2:54

Raidho. L'Elan, l'harmonie cosmique. Thufyr avait tiré sa rune un mois auparavant, sa mère à ses cotés. Le garçon, bien que n'ayant qu'une connaissance basique du langage et de la symbolique runique sentait pourtant dans cette petite pierre toute la force dont il aurait besoin pour se présenter devant les Ases. Semirna lui avait expliqué maintes fois la marche à suivre lors du Rituel, à croire qu'elle avait même percé la volonté divine...C'était une personne adorable, mais parfois Thufyr ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle en faisait un peu petit peu trop.
Son sac sur le dos, il prit donc le chemin d'une des grottes rituelles du Clan des Plaines. Disséminés le long de leurs parcours, ces lieux étaient connus de chaque membre de la communauté et servaient chaque année à plusieurs des jeunes, qui revenaient adultes de leur isolement.
Il marcha pendant une bonne heure avant d'atteindre l'endroit que lui avait indiqué son père. La faille, s'ouvrant dans une butte entre les arbres, semblait donnée directement sur le domaine des morts. Les cîmes se perdaient dans les hauteurs et le calme qui régnait donnait une impression étrange. Pourtant Thufyr n'hésita pas un instant et pénétra dans l'ombre d'une démarche assurée. Son rituel allait commencer.
Le feu d'abord. Il n'avait pas l'habitude de faire jaillir les flammes, d'ailleurs il s'en méfiait, et l'opération lui prit plus de temps qu'il ne l'aurait souhaité. Il finit toutefois par obtenir un brasier digne de ce nom et s'assit en tailleur devant. Ses affaires ensuite. Il entreprit de vider le contenu de son sac avec précaution : la pierre, le gâteau au miel - enveloppé avec soin par Semirna elle-même - quelques baies pour couper sa faim, et la corne de bélier que lui avait remise Yrkon. Plus que tout le reste, c'est cet objet qui avait les faveurs de Thufyr. Cette corne n'avait rien de divine, et probablement les dieux n'en avaient-ils pas grand chose à faire, mais pour le garçon elle signifiait énormement : Dans sa famille, la corne d'un bélier qui mourrait dans la force de l'âge était un signe de force et de vaillance pour qui la portait. C'est donc avec le symbole des Ghyrtök sur les genoux qu'il commença son rituel, déposant la pierre au centre des flammes, sans broncher. Il ferma ensuite les yeux, et tâchant d'inspirer profondément, se laissa porter par la quiétude des lieux. Le ronronnement du feu devant lui, la présence de la corne, et les paroles de sa mère le berçaient. Lentement, apaisé, il se laissa glisser dans un état second et ouvrit son esprit à la mystique du monde. Si les dieux le voulaient, demain il serait un homme.
Revenir en haut Aller en bas
La Völva


avatar


Date d'inscription : 12/12/2015
Messages : 118

MessageSujet: Re: Le Rituel    Mer 18 Mai - 22:12

Le temps s'écoule, s'étire, et quelque chose change… comme s'il s'était arrêté, comme si l'instant devait durer toujours. Seules restent les flammes, témoins de votre attente silencieuse, seul mouvement à vos yeux, seul bruit à vos oreilles. Vous n'êtes plus tout à fait sur terre, pas encore ailleurs, et une présence se manifeste… vous finissez par reconnaître :

- Baldr
- Heimdall
- Idunn

Ce qui se déroule ensuite n'est connu que de la divinité et de vous. Même si vous vouliez en parler, vous en seriez physiquement incapable. On ne peut mettre de mots sur les mystères du divin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org
Alask Logvaar


avatar


Date d'inscription : 16/05/2016
Messages : 69
Age du personnage : 29
Divinité protectrice : Loki
Pouvoir : Métamorphose puma

MessageSujet: Re: Le Rituel    Lun 23 Mai - 20:10

Les yeux cristal du jeune homme scrutaient l'entrée de la grotte dans laquelle, il avait décidé d'exécuter son rituel. Le paysage, dehors, était encore et toujours sous le joug cruel du froid. La neige nappait les dentelles rocheuses et réfléchissait le soleil en mille paillettes féeriques. Cependant, à l'interieur de la cavité, au près du feu crépitant, Alask savait que cet instant idyllique allait bientôt prendre fin. De lourds nuages menaçants s’amoncelaient comme une sombre armée vers l'est, et le vent, traître, les poussait vers Asketill. Une tempête de neige arrivait et elle s'annonçait violente. Poussant un long soupir, Al' resserra un peu plus sa longe cape noire autour de ses épaules. Il avança ses mains nues vers le feu et resta, quelques instants, perdu dans ses pensées, cet air rêveur et déconnecté sur son visage, profitant encore un peu de la chaleur avant de s'atteler au rituel.  

Il finit donc par se lever, grimaçant de ses courbatures dues à la journée précédente passée à cheval. Alask se pencha pour attraper des branches et les jeta dans le feu. Les flammes dévorèrent le bois telle une meute de loups affamée tandis que les crépitements augmentaient. Le jeune homme chercha du regard la pierre qu'il devait placer dans le feu, ne la trouvant pas, il fit quelques tours sur lui même avant de l'apercevoir dans l'ombre et de l'attraper, la serrant dans son poing. Plus question de lui faire une frayeur pareille, aujourd'hui était un événement trop important pour tout rater à cause d'un fichu caillou.
Les commissures de ses lèvres s'étirèrent légèrement en un sourire auto-dérisoire.
Il repensa aux consignes qu'on lui avait donner : Pour prouver ton courage, il te faudra placer la pierre dans le centre du foyer, au milieu des flammes.
Courage... Courage... Il fallait plutôt être un sacré crétin pour mettre sa main au feu! Mais bon, les règles sont les règles. Al' fronça le nez et prit son courage à deux mains pour placer le mineral dans les flammes. Ces dernières lui léchèrent le poing un court instant mais ne purent profiter du malheureux combustible plus longtemps car le jeune homme avait déjà retiré sa main à la vitesse de l'éclaire.
Ouch... La douleur arriva, lancinante. Soucieux d'avoir des séquelles, il empoigna un peu de neige et se l'appliqua sur la main. Son père l'aurait sûrement traité de petite nature mais il n'était plus là pour en juger. A cet instant, Alask était seul. Uniquement lui même sous le regard des dieux.
Cette pensée le fit frémir pendant qu'il se rasseyait devant le feu.
Les paupières commençaient déjà à tomber doucement... Insidieusement. Pitié, mais pourquoi avait il fallu qu'il se mette à dormir à n'importe quel moment. Là, ce n'était clairement PAS le moment.
Le jeune homme se redressa vivement en violentant un peu sa joue droite. Il repensa alors à ce que lui avait préparé sa sœur, Ingrid. La boisson du soleil, l'avait elle appelé. Il parait qu'elle redonnait de l'énergie à n'importe qui. Al approcha le goulot de la bouteille à son nez pour identifier les ingrédients. Il lui sembla reconnaître l'odeur du curcuma mais le reste lui semblait inconnu. Difficile de faire confiance à ce liquide d'une étrange couleur... Mais bon, à défaut de donner sa confiance à une boisson, autant la donner à sa sœur. En fermant les yeux, il avala une première gorgée. Mh, pas si mauvais. Il cru sentir le miel et le citron acide sur la langue. Alask bailla intensément en se promettant de dire à Ingrid que sa boisson avait fait des miracles mais, pour cela, il allait falloir garder les yeux grand ouverts.
Demain, si les dieux le lui permettaient, il serait Monsieur Logvaar, homme fier de la famille Logvaar. Alors, il se laissa plonger dans le labyrinthe de ses pensées en attendant que le moment tant attendu vienne...

_________________

“Avec mes yeux tous délavés qui me donnent un air de rêver, moi... Qui ne rêve plus souvent.”
G.Moustaki




by Kate-n-bd with her agreement
Celtic Song :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Völva


avatar


Date d'inscription : 12/12/2015
Messages : 118

MessageSujet: Re: Le Rituel    Jeu 26 Mai - 0:04

Le temps s'écoule, s'étire, et quelque chose change… comme s'il s'était arrêté, comme si l'instant devait durer toujours. Seules restent les flammes, témoins de votre attente silencieuse, seul mouvement à vos yeux, seul bruit à vos oreilles. Vous n'êtes plus tout à fait sur terre, pas encore ailleurs, et une présence se manifeste… vous finissez par reconnaître :

- Loki
- Njörd
- Skadi

Ce qui se déroule ensuite n'est connu que de la divinité et de vous. Même si vous vouliez en parler, vous en seriez physiquement incapable. On ne peut mettre de mots sur les mystères du divin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le Rituel    Sam 28 Mai - 21:24

“Nous y voilà” songea-t-elle.

Elle n’avait jamais vraiment imaginé à quoi ressemblerait son rituel. Elle n’avait pas cherché à se projeter non plus, non, elle avait confiance en les Ases et cela lui suffisait. Ses pensées étaient en grande partie dirigées vers l’homme balafré, comme souvent. Elle avait marché quelques heures avant de trouver refuge dans cette grotte, sous les montagnes dans lesquelles sont enterrées les morts du clan du vent depuis leur exil sur cette île.


“Ecoute le murmure des tiens enterrés autour de nous. Ce zéphir nocturne qui file entre les monts et s’infiltre dans les fissures de la roche imparfaite. Tu entends ? C’est l’ultime trace qu’ils nous ont laissée. Ceux qui sont partis pour Helheim accompagnent ceux qui entrent véritablement dans le monde : Tends l’oreille le jour de ton rituel.”
Hilda, quelques mois auparavant


L’air est sec dans les hauteurs des montagnes de ses ancêtres, le froid aussi mordant qu’un chien affamé. La jeune fille marque un arrêt en songeant à la communion solennelle qui l’attend dans les heures à venir. Elle vide lentement ses poumons, enserrant de son poing l’émeraude de fortune qui gît, inerte, au fond de sa poche en cuir. Entendra-t-elle son murmure dans le vent qui siffle au loin ?

L’abri dans lequel elle va passer les prochaines vingt-quatre heures est creusé à même la roche. Heureusement, il est orienté de telle sorte que le vent clinquant de l’escarpement où elle se trouve ne s’engouffre pas jusqu’à elle. Elle en distingue seulement le sifflement emblématique et implacable. Elle se concentre sur ce son pour ne plus égarer ses pensées, pendant que les flammes s’élèvent, vacillantes, au-dessus du foyer. Elle se concentre.

En même temps qu’elle nourrit le feu encore chétif, elle pose les yeux sur le contenu de son paquetage : la rune, le gâteau de miel qu’elle a confectionné elle-même quelques heures plus tôt, et la pierre. Et ce petit paquet de cuir grossier, emballé à la hâte, sans élégance. Il contient une fiole de taille modeste, remplie d’un alcool à la couleur rosée et chaude, tiré de petits fruits bruns très acides lorsqu’on les consomme frais, mais qui révèlent une douceur tiède une fois transformés. Un sourire admis passe sur ses lèvres. Elle en consomme une gorgée, pour se réchauffer, et en verse quelques gouttes dans le brasier : quelques flammes montent, téméraires, drapées d’une teinte incarnadine étonnante, avant de se fondre à nouveau dans la masse.

Elle se saisit de la pierre comme s’il s’agissait d’un bout de son âme qu’elle allait offrir en pâture aux Ases. A genoux, la chaleur des hautes flammes l’étreint un bref instant avant que la pierre ne repose au centre du foyer. La douleur n’est déjà plus qu’un souvenir inconsistant. Elle se sent nue et vulnérable. Mais elle attend patiemment le temps qu’il faut, dans une sérénité relative, les yeux fixés sur les flammèches dansantes et l’oreille tendue au-delà de leur crépitement, sur le sifflement presque vivant de l’aquilon auroral.
Maintenant que les premières lueurs ont percé la chape noire de la nuit, elle offre solennellement le gâteau de miel au brasier devant elle. Et elle attend à nouveau qu’il se passe quelque chose, interdite, le regard perdu dans les lueurs chaudes qui tourbillonnent devant elle. Elle boit une nouvelle gorgée du nectar offert par sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
La Völva


avatar


Date d'inscription : 12/12/2015
Messages : 118

MessageSujet: Re: Le Rituel    Lun 30 Mai - 21:56

Le temps s'écoule, s'étire, et quelque chose change… comme s'il s'était arrêté, comme si l'instant devait durer toujours. Seules restent les flammes, témoins de votre attente silencieuse, seul mouvement à vos yeux, seul bruit à vos oreilles. Vous n'êtes plus tout à fait sur terre, pas encore ailleurs, et une présence se manifeste… vous finissez par reconnaître :

- Frigg
- Freyja
- Bragi

Ce qui se déroule ensuite n'est connu que de la divinité et de vous. Même si vous vouliez en parler, vous en seriez physiquement incapable. On ne peut mettre de mots sur les mystères du divin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le Rituel    Ven 17 Juin - 11:38

[HRP: le p'tit stress des propositions commence.]

Le Rituel

Harald prit son arc, celui offert par son père plusieurs années déjà. Il se fit démêler les cheveux de manière affective par ce dernier:

-Tu as tout ce dont tu as besoin sur toi, fils?
-Je crois, oui, j'ai la pierre, la rune et le gâteau au miel.
-Bien, n'oublie pas ton arc et tes flèches et puisque tu l'as pris avec toi, tu ne peux pas emporter de nourriture. N'oublie pas d'alimenter le feu et tout ira bien. Ça devrait être un jeu d'enfant pour toi!
-Certainement, répondit Harald.

Ils se trouvaient devant leur maison en bois, Agnetta lui déposa un bisou sur le front et s'empêcha de verser une larme: les enfants grandissent si vite et le sien était promis à une grande destinée, elle en était sûre. Harald s'enfonça dans la forêt sans regarder de nouveau la petite clairière dans laquelle leur cabane de chasseur avait été construite. C'était un jour froid, les premières neiges étaient passées depuis bien des jours maintenant et un manteau blanc recouvrait le sol. Le bruit feutré des pas du jeune homme le réconfortaient. Il était vêtu d'une longue cape en fourrure qui lui tenait chaud ainsi que de grosses bottes imperméables idéales pour ce temps hivernal. Il y avait à un kilomètre à peu près une grotte qu'il pourrait utiliser pour allumer le feu et le maintenir pendant les vingt-quatre heures requises. Inconsciemment, il leva la tête vers le ciel en se demandant si les dieux le regardaient depuis longtemps, s'ils le regardaient en premier lieu.

Après une marche d'une bonne vingtaine de minutes, Harald parvint enfin à la grotte. Il s'adossa un moment sur une des parois et ferma les yeux. Il prit une grande inspiration du nez puis relâcha l'air qu'il avait emmagasiné par la bouche. Il rouvrit les yeux, se leva et partit chercher des branches pour allumer le feu. Malgré la période de l'année peu clémente, il essaya de trouver des brindilles puis des branches plus épaisses mais surtout celles qui n'étaient pas trop humides. C'est après une demi-heure que son feu démarra et se stabilisa. Harald s'assit alors en tailleur et ferma à nouveau les yeux. Il prit à nouveau une grande inspiration et se concentra sur sa respiration. Il inspira, expira. Il sentit chaque partie de son corps au contact froid de la pierre. Il sentit le feu devant lui, les crépitements, l'odeur du bois brûlé et la sensation de chaleur provoquée par ses habits. Il inspira, expira et se concentra sur ses émotions: calme, tranquillité. Il remarqua quelque chose d'étrange, un bruit, entre les crépitements des flammes. Un autre bruit, légèrement différent, plus étouffé.

Des pas.

Harald rouvrit les yeux. Il sentit une présence approcher doucement. Le genre de marche prudente, celle d'un homme ne voulant pas se dévoiler. Harald prit son carquois qu'il avait posé juste à côté de lui, sur la paroi contre laquelle il s'était adossé. Il le posa délicatement derrière son dos, cala la lanière de cuir contre son torse pour qu'il tienne bien. Lentement, il prit une flèche, elle ne produisit qu'un bruit très faible en frottant contre le carquois. Le jeune chasseur s'accroupit et banda son arc. Soudain, une tête dépassa furtivement, puis deux silhouettes s'avancèrent vers lui.

-Eh là gamin, lança le premier homme petit et trapu, vêtu d'une cape telle qu'Harald n'en avait jamais vue. Que fais-tu donc ici hein?

Le jeune chasseur affermit sa poigne sur l'arc, montrant qu'il n'hésiterait pas à tirer si les inconnus venaient à s'approcher plus. Le deuxième homme était grand et fin, squelettique même. Harald s'étonna de voir des hommes de ce genre: il n'avait pas rencontré beaucoup de monde en dehors de ses parents, mais de mémoire, tous même les marchands étaient des hommes robustes et bien bâtis, or ceux-ci en étaient tout l'inverse, le physique de l'homme squelettique le dérangeait presque. Il ne savait pas trop comment c'était possible, mais il sentait que ces deux là étaient mauvais. Le petit trapu s'arrêta juste avant qu'Harald ne se décide à tirer, esquissa un faible geste de la main avant d'hurler:

-Attrape le Düfir!

Ledit Düfir s'élança étrangement (ce qui perturba d'autant plus Harald) qui tira sa flèche qui atteint le crâne du petit gros qui tomba, raide mort. Il se releva ensuite et esquiva les coups de poings que lui assénait Düfir. Il en esquiva suffisamment pour se rapprocher de lui et tenta de répliquer. Malheureusement, son adversaire le bloqua directement et attrapa les bras du jeune chasseur pour l'immobiliser totalement tout en riant d'un rire qui glacerait le sang de n'importe qui. Le rire d'un dément. Le jeune chasseur lui cracha au visage, espérant sous le coup de la surprise que Düfir relâcherait sa poigne mais celui-ci n'en fit rien et Harald eut beau se débattre, il ne s'en échappa pas. En revanche, Düfir s'énerva et retira une de ses mains pour recouvrir les yeux du jeune homme. Sa peau était moite au contact et Harald réprima une envie de vomir. Tout à coup, il sentit comme une chaleur sur ses yeux, comme si ceux-ci se desséchèrent après être trop longtemps resté sans cligner des yeux. Puis la chaleur se fit plus vive. Il tenta d'enlever la main, mais rien n'y fit, la main était toujours là et la chaleur de plus en plus intense. Avec la chaleur, la douleur apparut. Elle était d'abord faible, puis se fit de plus en plus sentir. Une douleur vive léchait le contour de ses yeux, comme des flammes brûlant une feuille morte. Harald sentit ses yeux se consumer d'eux-mêmes et ne put s'empêcher de hurler, hurler de douleur, hurler et souffrir à vouloir mourir plutôt que de subir ça. Puis il s'évanouit.

Lorsqu'il reprit conscience, il essaya d'ouvrir les yeux. Il essayait encore et encore mais peu importe la force avec laquelle il essayait de les ouvrir, tout son environnement était noir d'encre: il ne voyait rien. Après avoir abandonné l'idée de les ouvrir, il essaya de se rendre compte de son environnement, mais ses oreilles sifflaient tellement fort que la moindre tentative pour se concentrer lui demandait des efforts considérables. Il porta les doigts à son oreille et sentit un liquide: du sang. Puis les douleurs vives se réveillèrent. Partout, tout son corps lui faisait un mal de chien. Il souffrait et sentait qu'il était incapable de bouger. Il essaya néanmoins de se relever. Tâta à droite et à gauche le sol lorsqu'il entendit quelqu'un informer d'autres personnes qu'Harald s'était réveillé.

-Eh bien! Lui murmura une voix, je suis surpris que tu te réveilles déjà après tout ce qu'on t'as fait mon mignon... Tu te souviens de ce qu'on t'as fait?

Harald tremblait, il ne pouvait se contrôler, son corps tremblait sous la douleur. Sans prévenir, une douleur cinglante lui parvint au visage, on venait de lui mettre une claque. Il était complètement déboussolé, ne savait pas où il était et se mit à sangloter.

-Oh il pleure! se moqua cette même voix tandis que des rires se faisaient entendre. Il pleure de ses petits yeux qui ne voient plus. Parce que tes yeux ne voient plus hein mon grand? Tu crois que tu ne peux plus les ouvrir? Ils sont grand ouverts pourtant, de grands yeux bien blancs, mon compagnon a fait un travail magnifique... Tu ne pourras plus jamais voir haha, non, plus jamais! Tu ne verras même plus tes parents. Tu te demandes ce qu'ils sont devenus, tes parents? Allez, renifle, renifle!

La voix semblait venir de tous les côtés, tantôt à gauche, tantôt devant ou derrière, Harald se sentait impuissant mais obéit quand même et renifla. Il sentit une odeur de brûlé, pas seulement l'odeur du bois brûlé mais également celle d'une viande brûlée, mais il ne parvint pas à identifier l'odeur dans l'état où il était. Il n'osait pas l'identifier.

-Alors mon cochon! Reprit la voix en imitant le bruit du cochon, suivi par d'autres voix qui faisaient de même. Tu la sens cette odeur de brûlé? C'est celle de tes parents!

Le jeune aveugle ne pouvait le voir, mais devant lui s'étendait un grand bûcher au centre duquel les corps de ses parents étaient en train de brûler. La maison de son enfance elle aussi était en train de brûler, bientôt, tout serait réduit en cendres. Toute l'enfance d'Harald, toute ses années parfaites, en trois heures, tout avait basculé.

-Allez, lance ta pierre dans le feu!
-Dans le feu! Dans le feu! Reprirent les voix en écho.

Le jeune homme sentit quelqu'un l'aider à se relever, lui prendre la main et lui déposer quelque chose d'assez lourd avant de l'aider à la lancer, puis de nouveau une claque qui le fit retomber. Alors Harald ne chercha plus à ouvrir les yeux, il les ferma aussi fort qu'il le pouvait et sanglotait, tentait de renifler les nases qui lui sortaient du nez, impuissant, impuissant qu'il était. Il jura, condamna les dieux, plus qu'à quiconque, c'est aux dieux qu'il en voulait. Il oublia complètement ce qui se passait alentours. Il ne s'en rendit pas compte mais il passa 24h allongé dans la boue, jurant et pestant contre les dieux pour son infortune. Lorsqu'il s'arrêta, aux petites lueurs du jour, il n'y avait plus aucun bruit autre que ceux de la forêt. Il n'essaya pas d'ouvrir les yeux, de peur de revoir cette silhouette squelettique fondre sur lui. De peur que les voix reviennent. Il tâta autour de lui et sentit dans la boue un petit objet, ou plutôt, une pâtisserie: le gâteau de miel. Il le serra dans ses mains, écouta d'où venaient les crépitements des flammes consumant le bois, puis lança de toute sa rage le gâteau dans le feu, ne souhaitant que mourir et rien d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
La Völva


avatar


Date d'inscription : 12/12/2015
Messages : 118

MessageSujet: Re: Le Rituel    Dim 19 Juin - 16:39

Vous attendez, attendez... attendez encore... mais rien ne se passe. Quelque chose n'a pas marché dans votre Rituel, et aucune divinité ne s'est manifestée. Une des conditions n'a sans doute pas été remplie correctement...

Si l'expérience ne vous a pas trop dégoûté des dieux et de ces pouvoirs qu'ils vous ont refusés, vous pouvez retenter votre chance l'année suivante, et ainsi de suite jusqu'à vos dix-huit ans. Passé cet âge, vous serez condamné à rester sans pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le Rituel    Sam 2 Juil - 18:44

Le sérieux avec lequel les amis de Sigurdr envisageaient le rituel continuait d'étonner l'intéressé lui-même. Les jeunes gens étaient toujours prêts à rire de tout lorsqu'ils étaient entre soi, depuis les figures d'autorité du clan au premier venu en passant par eux-mêmes. Mais le rituel était une affaire trop importante pour être prise à la légère. C'était cette croisée des chemins où l'on rencontrait les dieux, le moment où l'on devenait quelqu'un dans le clan. Ne pas réussir à l'accomplir, cela voulait dire que l'on méritait à peine d'être considéré comme un Homme.

Le jour indiqué par les runes arriva, et Sigurdr sortit de la cité de Hallbjorn. Il était un peu sur les nerfs. Le crâneur de service avait le trac ... S'il y avait un peu plus de tolérance dans le clan de la Nuit qu'ailleurs concernant le rituel, Sigurdr savait qu'on ne lui pardonnerait pas un échec, surtout en tant que membre de la famille du chef du clan. Mais pourquoi s'inquiéter ? L'important était de suivre scrupuleusement les gestes du cérémoniel. Mettre la main dans le feu, veiller un jour et une nuit, Sigurdr pensait qu'il avait connu pire.

Il arriva enfin au refuge où son groupe de chasseurs avait l'habitude de bivouaquer. Il y avait là ce qu'il fallait de bois pour un beau feu d'un jour et une nuit. Sigurdr savait qu'à une distance respectable, ses compagnons monteraient la garde pour empêcher quiconque de le déranger. Il leur en était reconnaissant, et savait qu'il ferait la même chose pour eux le moment venu.

Juste avant de monter le foyer, l'adolescent étala le contenu de son bagage sur le sol. Il fut assez surpris de trouver entre la pierre, la copie de la rune et le gâteau de miel emballé dans des feuilles, sa flûte en os. Cette facétie, cela devait être l'oeuvre de sa petite soeur.

Espèce de moustique !

Il ne savait pas s'il devait se mettre en colère ou éclater de rire. A la place, il laissa échapper un soupir. Un jour qu'il badinait avec une fille d'un autre clan, il avait prétendu qu'il n'était pas étonnant que les meilleurs musiciens d'Eyland se trouvaient chez eux, ceux du clan de la Nuit, car ils avaient là beaucoup de hauts faits pour créer de belles mélodies qui inspireraient à leur tour le courage. La fillette qui n'avait pas sa langue sans sa poche avait dit alors que c'était pour cela qu'il jouait beaucoup pour lui-même. Il s'en était suivi un duel de sarcasmes pendant lequel la belle s'était éclipsée.

En tout cas, ce "cadeau" ne l'avançait pas dans sa tâche. Sigurdr ne jouait certes pas faux, et cela ne ferait sans doute pas fuir les Ases, mais il n'était pas non plus un musicien extraordinaire au point de prétendre pouvoir faire offrande de sa musique aux dieux. Il décida de ne plus y réfléchir et empila herbes sèches, petit bois et bûchettes pour le feu. Il faisait un temps sec, de ce point de vue on pouvait dire qu'il avait de la chance.

Les premières flamèches firent crépiter les brindilles dans le foyer. Cela prenait, sans trop de surprise ... Enfin qui sait ? Les dieux pouvaient-ils jouer des tours aux mortels par colère ou malveillance et empêcher le naturel de se produire ?

Les flammes les plus hautes, celles du petit combustible, s'apaisèrent et se mirent à grignoter paisiblement les quartiers de bûches. Sigurdr se saisit alors de la pierre et la posa, sans se presser, au milieu du foyer, endurant l'assaut du feu les lèvres serrées. Il aurait été stupide d'étouffer la flambée par des gestes trop précipités, et puis s'il avait une marque sur le bras, on ne pourrait pas remettre son courage en question.

Il l'avait fait. Désormais, il ne restait plus qu'à entretenir ce brasier et patienter jusqu'à la prochaine aube. Plus facile à dire qu'à faire. On veillait aisément lors de la fête du Naufage, avec toute cette animation autour du feu de joie. Mais là, il n'y avait vraiment pas de quoi s'occuper. Rester seul avec soi-même, c'était peut-être cela la véritable épreuve.

Sigurdr ne pouvait s'empêcher de penser à beaucoup de choses, à ce qui se passait dans le clan, à ce que les dieux pourraient bien lui accorder comme pouvoir, à la rune dont il avait la copie, si énigmatique. Mais cela ne lui réussissait pas. Réfléchir enfermé ici semblait impossible. Il avait besoin pour cela de se retrouver à l'air libre, dans la nature, ou bien sur sa couchette en attendant que le sommeil vienne. Il avait appris que réfléchir empêchait de guetter efficacement et en fait de pensées, il ne s'agissait que de ruminations. A la fin de la journée, il céda à la tentation de prendre sa flûte et de jouer quelques airs. Il continua ainsi jusqu'au petit matin et posa le gâteau de miel dans le feu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le Rituel    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Rituel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Rituel
» [Diables]Rituel d''Invocation
» [Vallon] Rituel du Vallon ~ Le mystère des Pierres !
» 2ème épreuve : Le Rituel du Sang [réservé aux Adorateurs de l’Arcane XIII]
» Rituel de passage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stigandr - le forum RPG fantasy nordique ! :: Création et gestion des personnages :: Fiche de personnage-
Sauter vers: