Partagez | 
 

 Thufyr Ghyrtök

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Thufyr Ghyrtök   Lun 9 Mai - 17:57


Thufyr Ghyrtök



Informations
☩ Âge : 19 ans
☩ Clan : Plaines
☩ Métier : Eleveur
☩ Divinité protectrice : Baldr
☩ Pouvoir : Imposition des mains : ses paumes dégagent une chaleur qui referme les blessures superficielles et ralentit la progression des poisons. Sur un corps sain, son pouvoir permet éventuellement de soulager les douleurs de l'âme. L'utilisation de son don requiert un calme absolu chez le jeune homme, et son énergie est consommée proportionnellement aux soins.
☩ Signes particuliers : Une cicatrice allant du coude droit jusqu'au milieu de l'avant-bras.

☩ Prédéfini ?  Non
☩ Avatar by http://saraforlenza.deviantart.com/art/First-time-462156064



Physique
Taillé pour course, Thufyr n'a pas la carrure d'un guerrier. Les épaules pas bien larges et légèrement voutées, le jeune homme peut sembler à première vue un être fragile : ses mucles fins, son ossature saillante, et ses traits que l'enfance n'a pas encore tout à fait quittée lui donne un air gracile. Ses cheveux d'un blond cuivré encadre un visage aux traits doux. Deux perles aigue-marine, surmontant un nez nubien et des lèvres d'une finesse surprenante accuentuent la féminité de son visage, ce qui lui vaut parfois les quolibets des gens de son âge. Pourtant, lorsque l'on s'attarde à le regarder d'un peu plus près, on peut s'apercevoir qu'il s'agit d'une méprise. Ses jambes sont entrainées aux longues marches à travers les plaines et ses pieds sont bien ancrés dans le sol, lui conférant un équilibre peu commun. Ses mains sont précises, ses doigts, agiles, et malgré le manque apparant de masse musculaire il est parfaitement capable d'arrêter un mouton en pleine course. Pas très impressionnant diront les plus moqueurs. En effet. Mais vu le style de vie que mène le fils Ghyrtök, ses capacités physiques sont amplement suffisantes.
Souvent torse nu, il arbore des tatouages bleus : une tête de bélier stylisée, symbole de sa famille. Il porte des tenues simples, priviligéant confort et liberté de mouvement. Une pièce de bois ronde, grande comme deux fois la main, lui fait office de boucle de ceinture. C'est un cadeau de sa mère, laquelle a gravé des runes de protection sur la face interne.

 

Caractère
Avant toute chose, il est important de préciser que Thufyr voue un respect quasi mystique à toute forme de vie. Cette philosophie vient en partie de la culture de son clan dont le bétail est la source non seulement de revenus, mais aussi et surtout de survie. Sa mère n'est également pas étrangère à tout ça : elle lui a appris à tirer profit de son environnement sans blesser les esprits qui veillent. D'ailleurs, le jeune Ghyrtök est extrêmement superstitieux; il a tendance à voir des signes divins un peu partout, y compris lorsqu'il n'y a pas lieu. Il lui arrive parfois d'agir en croyant obéir aux volontés des anciens au détriment de son propre jugement. Thufyr reste cependant quelqu'un de raisonnable, ne voyez pas en lui une espèce d'illuminé à demi fou, loin de là! La tête sur les épaules, il fait preuve d'une réelle assiduité au travail, son père lui ayant transmit son goût des choses bien faites. Du moins quand il s'agit du travail. Pour ce qui est de ses effets personnels, c'est une véritable tête en l'air doublé d'un bordélique.
Une fois ses besognes terminées, le jeune homme laisse libre cours à sa curiosité. Intéressé par tous les domaines de la vie, il se plaira aussi bien à tenter de comprendre la course des nuages qu'à observer les tanneurs au travail. Ce trait de caractère lui offre ouverture d'esprit et capacité aiguë d'analyse. C'est un compagnon de labeur et un ami loyal qui ne vous fera jamais défaut. Ou presque. Personne n'est parfait.
Emplie de contradiction - un trait de la jeunesse? - Thufyr est souvent silencieux, mais s'enflamme vite. Il n'est pas bagarreur, sa franchise a simplement tendance à faire parler sa langue plus vite que son esprit. Il n'hésitera pas une seconde à haranguer un membre d'une famille influente s'il s'estime offensé. Mais il s'excuse en général rapidement et cherchera par tous les moyens à éviter le conflit. Vous l'aurez compris, notre ami est doué pour se fourrer dans des situations...délicates.



Histoire



Chapitre premier : Les Origines

"Thufyr? THUFYR!"

Alerté par le rugissement de son père le jeune garçon accouru, délaissant la colonie de fourmis qu'il observait depuis bientôt une heure. Yrkon Ghyrtök était assis sur une souche, le dos bien droit, poings sur les genoux. Son air digne en toutes circonstances faisait la fierté de son fils. La plupart du temps. En cet instant, il sentait plutôt la tempête qui risquait de s'abattre sur lui et c'est la tête basse qu'il arriva près de son géniteur. il cherchait en lui-même quelle erreur il avait pu commettre, mais rien de particulier ne lui revenait à l'esprit. Le garçon, alors âgé de dix ans, s'inclina respectueusement avant de demander d'une voix trahissant son appréhension :

"Père. En quoi puis-je me rendre utile?
-Ne fais pas cette tête fils! As-tu donc peur que je te batte?
-Non...enfin..."

Yrkon émit un rire à faire trembler les montagnes. Il savait que son enfant craignait ses colères, et il aimait jouer à lui faire peur de temps en temps. Un moyen de se prouver à lui-même son autorité? Peut-être...Il ébouriffa les cheveux de Thufyr et tapota la souche de sa grosse main, l'invitant à s'asseoir auprès de lui. Celui-ci s'exécuta prestement, un sourire rassuré illuminant ses traits. Son père allait lui raconter une histoire, il l'avait compris désormais. Il aimait les histoires.

"Fils. Tu avances à grands pas vers ta vie d'homme. Bientôt tu passeras ton rituel et si les Dieux le veulent tu feras honneur à la famille. Peut-être même porteras-tu le bélier emblème. Mais...," il marqua une courte pause, vérifiant s'il avait l'attention du garçon. Thufyr le dévorait de son regard bleu, pendu à ses lèvres. Satisfait, il sourit et continua d'une voix grave :
"Pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient."

Un hochement de tête concentré pour toute réponse.

"A présent écoutes bien mon garçon, car il y a des choses qui ne peuvent être dites qu'une seule fois."

Pendant presque une heure Yrkon narra l'histoire des Ghyrtök. Il lui expliqua longuement qui étaient leurs ancêtres, de fiers dresseurs de bélier-faucons. Des animaux immenses, plus haut qu'un homme et fort comme dix affirmait-il. Thufyr devait prendre exemple sur ces hommes et ces femmes qui avaient construits pour eux le confort qu'il connaissait. "Que ton courage et ta détermination jamais ne faiblissent" comme il lui répétait souvent. Il développa sur la façon dont il avait rencontré sa mère. Les gens la prenaient pour une femme dangereuse, parce qu'elle connaissait des rites impies et semblait pouvoir déceler le mensonge dans la voix. Mais lui, Yrkon Ghyrtök, ne mentait pas. Et il avait vu en elle l'intelligence et la beauté, surpassant toutes les autres. Il l'avait courtisé, s'était vu refuser ses avances, avait tenu bon, et finalement avait obtenu la main de Semirna. Le garçon connaissait par coeur cet épisode, mais il feignit l'intérêt avec brio. Puis quelque chose dans l'attitude de son père changea. Son regard s'assombrit et il serra les mâchoires avant de parler. Thufyr sentit cette tension et son attention revint entièrement vers son géniteur pour ce qui allait suivre. Jamais il ne l'avait vu dans un état pareil lorsqu'il racontait une histoire. Entre ses dents, Yrkon laissa échapper un mot. Un nom. "Deofur".
Sans qu'il sache pourquoi ce nom résonna dans l'esprit du jeune garçon et s'y grava profondément. Il avait déjà entendu, murmuré à voix basse par quelque membres du clan proche de sa famille. Il n'avait pas la moindre idée de qui pouvait-être cet homme mais il était évident qu'il ne lui faudrait jamais aborder le sujet à la légère. Comme son père hésitait à poursuivre, il toussota doucement.

"Cet homme, Thufyr, fut autrefois mon frère. Ton oncle.
- Mon...
- ...Oublis le! Cet espèce de mouton malade vaut à peine que l'on parle de lui. C'est un couard, qui a déshonoré notre famille. Il n'en fait plus partie."

A présent, la fureur du père était au bord de l'explosion, Thufyr le sentait. L'homme abattit son poing avec violence sur la souche qui émit un craquement sinistre, soulevant le garçon de quelque centimètres. Rarement il avait vu Yrkon dans un tel état. Pourtant, la révélation qu'il venait de lui faire était trop importante, trop précieuse pour que ça s'arrête là. Rassemblant tout son courage, Thufyr demanda d'une voix douce :

"Qu'a donc fais mon oncle Deofur pour être ainsi renier? A-t-il blessé un membre de notre famille?
- Si seulement...J'aurais pu ainsi le défier et l'étrangler de mes propres mains! Mais c'est pis encore! Cet immonde petite larve a craché sur les Dieux. Il a commis l'irréparable."

Bien des années auparavant, les deux frères s'entendaient à merveille. Yrkon et Deofur, âgés respectivement de seize et quinze ans, étaient considérés parmis les meilleurs combattants du clan. Rivaux dans l'honneur, ils redoublaient d'efforts pour se surpasser l'un l'autre, aussi bien au combat que dans les travaux du quotidien. Seulement Deofur était un garçon ambitieux à qui l'échec ne plaisait guère. Et son frère avait un gros avantage sur lui : il était d'ores et déjà un homme, ayant obtenu son pouvoir. L'oncle de Thufyr l'acceptait sans trop de rancoeur, mais il attendait avec une impatience sans borne le jour de son Rituel.
Et ce jour vint. Comme le voulait la tradition, il partit s'isoler afin de méditer et de suivre les rites qui le conduiraient vers la maturité. Seulement...tout ne se passa pas comme il l'aurait souhaité. Il échoua. C'était un déshonneur pour sa famille, mais les siens étaient prêts acceptés la volonté divine et s'accomoderaient de cette mésaventure. Deofur repasserait à l'épreuve l'année suivant et tout serait réglé selon les perceptes ancestraux. Mais le garçon ne l'entendait pas de cette oreille. Ses cris de rage déchirèrent le calme de la vallée pendant plus d'une journée, il blasphéma, jura et signa de son sang que jamais plus il n'aurait à faire avec ces faux-dieux qui l'avaient abandonné. Personne n'osa l'approcher pour tenter de calmer sa fureur. Lorsqu'enfin, ses hurlements cessèrent et que le calme revint aux abords des campements, toutes traces de lui avaient disparues. Il s'était enfui, et on découvrit quelque temps plus tard qu'il avait rejoint le clan du Dragon...
Thufyr était jeune. Il ne comprenait pas tout à fait les implications de ce que son père lui avait dévoilé. Pourtant, il lui semblait que cela l'aidait à comprendre certaines réactions des adultes qui l'entouraient, comme si le spectre de cet oncle inconnu pesait dans les esprits. Ce tabou créait une zone sombre dans l'histoire de la famille, et probablement même à travers une partie du clan entier. Il observait son père, dont la colère n'avait visiblement pas décrue. Muré dans son silence, le regard lointain, Yrkon ne semblait plus avoir conscience de la présence de son fils. Le jeune garçon, troublé par cet épisode, repartit à la contemplation des fourmis. Avec moins de conviction. Plus jamais il ne parla de tout ça, ni avec son père, ni avec qui que ce soit.

Chapitre second : Enfance banale & Tragédie

Dès sa naissance, le chemin de Thufyr semblait tout tracé : Il serait éléveur comme son père, et son père avant lui. C'est dans cette tradition qu'il grandit, apprenant tout ce qu'il y avait à savoir sur l'art de mener un troupeau, la vie nomade et ses obligations. Son clan suivait le rythme des saisons, utilisant la terre Mère pour subvenir à ses besoins tout en la respectant. Cette vision du monde convenait  d'ailleurs parfaitement au jeune garçon, et il n'aurait pas échangé sa place contre tout le métal de l'univers. Il faut dire que c'était là la seule façon de penser à laquelle il avait été confronté. Mais ça, il n'en avait pas conscience. Il vécut une enfance heureuse, les années passant et se ressemblant.
Le véritable tournant devait survenir à l'aube de ses quatorze ans. Un jour sombre dans l'histoire du jeune Ghyrtök. Un jour teinté de sang.
Un après midi d'automne, Thufyr était dans les patûrages avec quelques bêtes. C'était la première fois que son père lui offrait la responsabilité d'une partie du troupeau et pour marquer le coup il l'avait envoyé à quelques lieues du reste du clan; ainsi le garçon était contraint de se débrouiller par lui-même. Il était conscient de la confiance que son géniteur lui montrait, et c'est fier comme un coq qu'il s'acquittait de la tâche. Attentif aux moindres mouvements des bêtes, surveillant le vent et les éventuelles évolutions du temps, Thufyr prenait son rôle très à coeur et veillait à mettre à profit tout ce qu'on lui avait enseigné jusque là.
Il était assis sur une pierre, enveloppé dans un gilet de laine, le menton appuyé dans le creux de ses mains.

"J'ai intérêt à ne pas faire un seul faux pas. Mère sera fier de moi quand je rentrerais!"

Cette pensée lui tira un sourire. Il aimait beaucoup Semirna. Elle le lui rendait bien, l'enveloppant d'un amour maternel que d'autres auraient trouvés étouffant.
Soudain, une lueur fugace apparue entre les arbres un peu plus haut. Intrigué, Thufyr concentra son attention dans cette direction. Plus rien. Puis à nouveau, un reflet lumineux. Ca s'approchait. Sans savoir pourquoi, le garçon sentit la peur s'insinuer lentement en lui. Il s'ébroua, tâchant de reprendre le contrôle sur lui-même. Il n'y avait rien à craindre, c'était à n'en pas douter le bec d'un oiseau qui réverbérait le soleil. Pourtant...
Alors que Thufyr se relevait saississant son bâton de randonnée, un homme apparu à la lisière des arbres. Il était grand, vêtu d'une épaisse tenue de voyage. Ses épaules larges, sa démarche assurée...Tout en lui dégageait une sentation de danger et de mort. Comme l'inconnu s'avançait, Thufyr comprit d'où venait la lueur qu'il avait aperçue et l'appréhension fit place à la terreur. Une hache. Une arme lourde, dont la lame entièrement faite de métal reflétait le soleil de la plaine, pendait à sa ceinture. Il s'approchait du bétail d'un pas décidé, quand il sembla finalement remarquer la présence du garçon. A quelque mètres de lui, il s'arrêta près d'un mouton et lança d'une voix forte où perçait un amusement malsain :


"Salut p'tit! Offrirais-tu un peu de la viande de cet animal à un voyageur fatigué?"

Alors qu'il parlait, il caressait avec douceur la laine. L'animal, habitué à la présence permante des hommes à ses cotés ne bronchait pas, continuant tranquillement d'arracher l'herbe par petites touffes qu'il avalait avec gloutonnerie. Thufyr lui voyait la lumière mauvaise qui dansait dans le regard de son interlocuteur. Prenant une profonde inspiration, le garçon s'avança et tâchant de calmer le tremblement de sa voix :

"Les gens du clan vont donneront ce dont vous avez besoin pour continuer votre route. Eloignez-vous de mes bêtes et je vous indiquerai le chemin.
- J'ai bien peur que tes amis ne voient pas ma présence d'un bon oeil. Tes bêtes dis-tu? Un garçon de ton âge ne devrait pas être à la tête d'un troupeau...Laisses moi prendre un de ces moutons et je te promets qu'il ne t'arrivera rien. Tu expliquera que tu l'a perdu de vue et que tu l'a laissé s'enfuir plutôt que de laisser le troupeau sans surveillance."


A présent, Thufyr tremblait de tous ses membres. Aggripé fermement à son bâton, il luttait pour ne pas s'enfuir en courant. Aller chercher les siens? Ou alors faire comme lui disait ce bandit? Hurler pour que l'on vienne à son secours? Les pensées fusaient dans l'esprit du garçon, il sentait ses jambes s'engourdir sous l'effet de la peur, son regard fixé vers l'homme qui lui souriait d'un air faussement amical. Alors qu'il combattait ses émotions, l'image de son père prit place sur tout le reste dans son esprit. C'eut pour effet de calmer immédiatement Thufyr. D'un air calme, d'une voix douce, son géniteur lui rappela "Que jamais ton courage et ta détermination ne faiblissent...". Il ferma les yeux, prenant une inspiration profonde. Lorsqu'il les rouvris, la terreur avait disparue et une énergie nouvelle parcourait chaque parcelle de son corps. Il s'avança, d'abord, lentement, vers son vis-à-vis. Puis il accéléra, courant presque sur les derniers mètres, pointant son bâton en direction du visage son adversaire.

"Mais c'est que le berger se prend pour le loup on dirait!"

Thufyr eut a peine le temps d'entendre la réflexion et le rire qui suivit. Alors qu'il se jetait sur l'homme dans une attaque aussi audacieuse que stupide, il sentit la garde de la hache s'enfoncer avec violence dans le creux de son ventre. Le coup chassa la moindre parcelle d'air dans ses poumons et sa vue se brouilla alors qu'il s'écroulait dans un bruit mâte aux pieds du guerrier. Il sentit la terre contre sa joue et la douleur qui tambourinait jusqu'à ses tempes.

"Pauvre petite chose...Ton courage a signé ton arrêt de mort. Je ne peux pas me permettre que t'ailles prévénir les Plaineux. Pas moyen que mes plans soient contrariés par un gamin aussi faible. N'en fais pas une affaire personnelle et transmets à tes dieux mon bonjour lorsque tu les verra."

"Je vais mourir..." pensa-t-il alors que l'homme le retournait du bout du pied, armant sa lourde hache a dessus de sa tête. Il jeta un regard vers le ciel, admirant pour la dernière fois la course des nuages dans l'ombre des bottes de son bourreau. Ses bottes. Le temps sembla se ralentir, comme suspendu par quelque force divine. Le manche d'os dépassait légèrement de la botte près de son visage, Thufyr l'aperçue du coin de l'oeil. Il agit selon un instinct millénaire qui vivait en chaque homme : la survie. "Je suis Thufyr Ghyrtök, fils de Yrkon Ghyrtök du Clan des Plaines!" hurla-t-il. Il ne s'aperçut pas de la seconde d'hésitation qui stoppa le bras meurtrier à l'évocation de son nom. Il saisit le couteau et se releva d'un bloc, tendant les bras au dessus de sa tête. Le vagabond émit un grognement sourd et son corps fut parcourut d'un soubresaut. La lame s'était fichée directement sous le menton perforant gorge, palais, et cervelle. Un coup parfait. Létal.
Comme il sentait le poids de l'homme sur ses épaules il se jeta en avant pour se dégager et poussa un soupir de soulagement. L'adréaline redescendait déjà et un profond sentiment de tristesse et de honte l'envahirent. Il avait ôté la vie à un autre homme...Bien sûr c'était un geste de défense sans lequel ça serait lui allongé là dans l'herbe, mais il ne pouvait empêcher le dégoût de lui nouer l'estomac. La bile monta, lui brûlant la gorge, et il se pencha pour vomir. Il cracha, s'essuya lentement la bouche et se redressa en jetant un regard au cadavre.
Petit à petit son calme revint et avec lui son esprit pratique. La journée était bien avancée à présent, il devrait ramener rapidement le troupeau près du clan. Ramassant son bâton tombé à quelque pas de là, il inspecta les bêtes d'un regard circulaire. Le combat ne semblait pas avoir troublé leur quiétude, comme si la mort d'un homme n'avait aucune espèce d'importance. Pour eux, c'était d'ailleurs le cas. Cette pensée fit monter d'un cran encore le malaise qu'éprouvait Thufyr
.

"Je dois me débarasser de ce corps. Si on venait à savoir que j'ai tué un homme d'un autre clan, cela pourrait déclencher un incident diplomatique catastrophique. J'ai du sang sur les mains certes mais que les Dieux me pardonnent, je ne veux pas qu'il éclabousse les miens. Que faire...?"

Il tourna la tête en direction des arbres par où était arrivé son agresseur. Oui. Leurs ombres camoufleraient le cadavre , les charognards feraient le reste. Il devait également y laissé la hache, s'il ne voulait pas qu'une horde de dragons-fées débarque de son sillage. Essayant tant bien que mal de fermer son esprit, il s'attela à la tâche en commençant à tirer l'homme par les chevilles après avoir passé la hache dans la ceinture de celui-ci. Il était excessivement lourd, et la sueur perla rapidement sur le front du garçon alors qu'il trainait son fardeau, poussant un grognement d'effort à chacun de ses pas. Il mit plus d'une demi-heure à parcourir les centaines de mètres qu'il le séparait de la lisière de la forêt. Lorsqu'enfin il parvint à hisser le corps au pied d'un arbre creux et a le pousser entre les racines, Thufyr était au bord de l'épuisement. Il prit le temps de murmurer une brève prière pour l'âme du défunt, mais il savait pertinement que les Dieux se souviendraient de son manque d'égards envers les rites funéraires. Et cette pensée l'horrifiait. Elle le suivrait d'ailleurs pour le restant de ses jours, il en était persuadé. Mais il n'avait pas le temps de se laisser aller : un vent léger chargé d'humidité se levait, signe annonciateur du soir qui approchait. Il redescendit aussi vite que ses jambes le lui permettaient, réunit le troupeau à la hâte et après avoir compté les bêtes, prit le chemin du campement. Il enfouit le souvenir de son meurtre dans les recoins les plus sombres de sa mémoire. Seules les crises d'angoisse qui le rongent de temps à autre lui rappellent aujourd'hui son forfait, comme si les Dieux voulaient le punir pour sa faute. Personne ne s'explique ses crises et les meilleures guerrisseuses ne peuvent rien pu y faire.
Jamais il ne nota la ressemblance frappante qu'il y avait entre lui et ce voyageur. Jamais il ne vit les tatouages bleus dissimulés sous les habits. Jamais il ne vit le Bélier.


Chapitre troisième : Sur le chemin de la maturité

Raidho. L'Elan, l'harmonie cosmique. Thufyr avait tiré sa rune un mois auparavant, sa mère à ses cotés. Le garçon, bien que n'ayant qu'une connaissance basique du langage et de la symbolique runique sentait pourtant dans cette petite pierre toute la force dont il aurait besoin pour se présenter devant les Ases. Semirna lui avait expliqué maintes fois la marche à suivre lors du Rituel, à croire qu'elle avait même percé la volonté divine...C'était une personne adorable, mais parfois Thufyr ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle en faisait un peu petit peu trop.
Son sac sur le dos, il prit donc le chemin d'une des grottes rituelles du Clan des Plaines. Disséminés le long de leurs parcours, ces lieux étaient connus de chaque membre de la communauté et servaient chaque année à plusieurs des jeunes, qui revenaient adultes de leur isolement.
Il marcha pendant une bonne heure avant d'atteindre l'endroit que lui avait indiqué son père. La faille, s'ouvrant dans une butte entre les arbres, semblait donnée directement sur le domaine des morts. Les cîmes se perdaient dans les hauteurs et le calme qui régnait donnait une impression étrange. Pourtant Thufyr n'hésita pas un instant et pénétra dans l'ombre d'une démarche assurée. Son rituel allait commencer.
Le feu d'abord. Il n'avait pas l'habitude de faire jaillir les flammes, d'ailleurs il s'en méfiait, et l'opération lui prit plus de temps qu'il ne l'aurait souhaité. Il finit toutefois par obtenir un brasier digne de ce nom et s'assit en tailleur devant. Ses affaires ensuite. Il entreprit de vider le contenu de son sac avec précaution : la pierre, le gâteau au miel - enveloppé avec soin par Semirna elle-même - quelques baies pour couper sa faim, et la corne de bélier que lui avait remise Yrkon. Plus que tout le reste, c'est cet objet qui avait les faveurs de Thufyr. Cette corne n'avait rien de divine, et probablement les dieux n'en avaient-ils pas grand chose à faire, mais pour le garçon elle signifiait énormement : Dans sa famille, la corne d'un bélier qui mourrait dans la force de l'âge était un signe de force et de vaillance pour qui la portait. C'est donc avec le symbole des Ghyrtök sur les genoux qu'il commença son rituel, déposant la pierre au centre des flammes, sans broncher. Il ferma ensuite les yeux, et tâchant d'inspirer profondément, se laissa porter par la quiétude des lieux. Le ronronnement du feu devant lui, la présence de la corne, et les paroles de sa mère le berçaient. Lentement, apaisé, il se laissa glisser dans un état second et ouvrit son esprit à la mystique du monde. Si les dieux le voulaient, demain il serait un homme.

De retour au camp, Thufyr fut accueillit par sa mère. Elle se jeta littéralement sur lui, les larmes aux yeux, et lui embrassa le front en lui murmurant sa fierté à l'oreille. Le jeune homme n'avait pas eu le temps de piper mot, mais visiblement la réussite de son passage était inscrite sur ses traits. Contrairement à ce qu'il avait imaginé, Semirna ne le pressa pas de questions et après lui avoir préparé un repas elle s'eclipsa discrètement pour le laisser se reposer. Et il en avait bien besoin en effet : il se sentait vidé de toutes ses forces. Il s'allongea à l'ombre de la maison et dormit plusieurs heures d'un sommeil de plomb.
A son réveil, son père se tenait dans l'encadrement de la porte, le sourire jusqu'aux oreilles. La fête en son honneur allait débuter, une fête réunissant famille et amis venus le féliciter. La nuit fut longue et joyeuse, les petits plats mis dans les grands. Pour la première fois de sa vie, Thufyr connu les joies de l'alcool et il ne lésina pas sur les doses. Après tout, ce jour était à marquer d'une pierre blanche.

Ce n'est que bien des semaines plus tard que le garçon prit pleinement conscience du don qu'il lui avait été offert par les Ases : Alors qu'il s'occupait comme à son habitude du troupeau, l'une des bêtes fut prise de panique pour l'on ne sait quelle raison et avant qu'il n'ait pu esquisser le moindre geste, le bélier fonça tête baissée. Il alla s'écraser avec violence contre l'une de ses congénères. Dans un concert de bélements et de bruit de sabots, les deux animaux roulèrent au sol sur un bon mètre avant d'atterir le museau dans la poussière. Affolé, Thyfur se rua dans leur direction pour vérifier leur état.
A peine était-il arrivé que le bélier "fou" s'écartait, s'ébrouant, l'oeil hagard mais visiblement indemne. On ne pouvait pas en dire autant de la brebis qui gisait toujours sur le sol, sonnée par le choc. La brebis tremblait de tous ses membres, pourtant elle ne bougea pas, comme si elle avait senti que cet humain cherchait à l'apaiser. Le garçon s'approcha doucement et entreprit de vérifier si la bête n'était pas blessée, prenant soin de parcourir chaque centimètre de laine. Rien de catastrophique. Les cornes avaient tout de même attaqué les chairs de la cuisse dans la cohue et un mince filet de sang teintait peu à peu la laine d'un rouge sordide. Comprimant la plaie de ses mains nues à la recherche de tissu pour un garrot, Thyfur sentit un léger picotement dans le creux de ses paumes. Sans qu'il sache réellement pourquoi, il ferma les yeux et laissa l'étrange sensation s'insinuer dans son corps. Chaleur. Paix. La fatigue l'envahissait tout à coup, mais lorsqu'il ouvrit les yeux pour sortir de sa torpeur, la plaie semblait avoir disparue. Le sang avait figé et il ne restait qu'une mince cicatrice sur la cuisse blessée. L'animal était calme et regardait Thyfur d'un air doux, comme pour le remercier. A la fois soulagé et profondément troublé par ce qu'il venait de se passer, le garçon se redressa, bien décidé à parler de tout cela avec sa mère. Mais lorsqu'il fut sur ses jambes, le paysage s'assombrit et son esprit vacilla. Il retomba mollement sur le sol, inconscient.




Le forum et vous
☩ Comment avez-vous connu le forum ? Topsite. Et sans avoir besoin d'aller chercher très loin! Smile
☩ A première vue, que changeriez-vous sur le forum ? Le "Connexion" de la Chatbox! On l'voit pas du tout! T_T
☩ A quel rythme répondez-vous généralement ? C'est très variable en fonction de l'emploi du temps IRL, mais au minium 2 à 3 fois par semaine.

☩ Si vous quittez le forum un jour, préférez-vous que votre personnage...
[] disparaisse sans laisser de trace dans le vaste monde d'Eyland (choix appliqué si aucune case n'est cochée)
[] meure dans des circonstances aussi logiques que possible
[] devienne un PNJ et soit incarné par le staff à l'occasion par exemple de quêtes ou d'events
[] devienne un prédéfini et soit proposé à l'adoption
[X] autre : Je n'ai pas de préférences. Je pense que l'avenir de mon personnage appartient autant à ceux avec qui j'aurai rp qu'à moi. Je laisse donc le choix à la communauté

☩ Et la question qui tue... gâteau au miel ou clafoutis aux cerises ? What a Face Attention au faux pas... Moi j'aime bien le clafoutis...Mais j'ai cru comprendre qu'on risquerait de se faire taper sur les doigts si on prenait pas le gâteau au miel. Ce sera donc un miel pour moi, siouplé!


©️ By A-Lice sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Ragnvald


avatar


Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 144
Age du personnage : 31 ans
Divinité protectrice : Idunn
Pouvoir : Transfert de propriétés végétales

MessageSujet: Re: Thufyr Ghyrtök   Lun 9 Mai - 19:18

Bienvenue sur le forum!
Ooooh un ami des Plaines ♥ J'ai hate d'en lire plus sur ton personnage, bon courage pour la rédaction de ta fiche^^

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t64-siobhan-ragnvald-herboriste-fille-d-idunn http://www.ewilanrpg.com/
Hjalmar Thorbjörn


avatar


Date d'inscription : 01/03/2016
Messages : 178
Age du personnage : 47 ans
Divinité protectrice : Skadi
Pouvoir : Une ouïe sur-développée, conçue pour la chasse !

MessageSujet: Re: Thufyr Ghyrtök   Lun 9 Mai - 19:34

Bienvenue à toi, J'ai cru au début que tu allais prendre un membre du clan de la nuit à ton avatar. ça m'a fait drôle. En tout cas ta description physique tient en haleine.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Thufyr Ghyrtök   Lun 9 Mai - 20:03

Bienvenue l'ami ! Bon courage pour la suite de la rédaction de ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Dagheidr Dalgaard


avatar


Date d'inscription : 16/01/2016
Messages : 280
Age du personnage : 19 ans
Divinité protectrice : Frigg
Pouvoir : Amplification des émotions
Age : 26

MessageSujet: Re: Thufyr Ghyrtök   Lun 9 Mai - 20:27

Bonsoir et bienvenue parmi nous ! =D Un autre du Clan des Plaines, ça fait plaisir ♥ oui j'aime ce clan, non je ne suis pas chauvine

Très sympathique vava en tout cas, j'ai hâte de voir ce que réserve le personnage !

Bonne suite de fiche !

_________________

Ecoute le chant du monde, et CHANTE avec lui

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t17-dagheidr-dalgaard http://stigandr.forumactif.org/
Aslaug Mìrskytar


avatar


Date d'inscription : 29/02/2016
Messages : 75
Age du personnage : 20 ans
Divinité protectrice : Tyr
Pouvoir : Inertie à létalité variable

MessageSujet: Re: Thufyr Ghyrtök   Lun 9 Mai - 20:39

Bienvenue ! Je suis curieuse d'en apprendre plus ^-^

_________________

Au nom du Vent
Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t19-aslaug-mirskytar
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Thufyr Ghyrtök   Lun 9 Mai - 21:21

Merci à tous pour cet accueil chaleureux! \o/
J'me dépêche de finir ça et de venir parcourir le monde avec vous!
[Braûûûûm! cheers ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Thufyr Ghyrtök   Mar 10 Mai - 19:38

Hehehehe /o
*roule sa moustache*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Thufyr Ghyrtök   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thufyr Ghyrtök
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stigandr - le forum RPG fantasy nordique ! :: Création et gestion des personnages :: Fiche de personnage :: Fiches refusées ou abandonnées-
Sauter vers: