Partagez | 
 

 A l'ombre d'un toit. / Eyia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Johannes Erlandsen


avatar


Date d'inscription : 12/03/2017
Messages : 95
Age du personnage : 23 balais
Divinité protectrice : Idunn
Pouvoir : Jardin portatif

MessageSujet: A l'ombre d'un toit. / Eyia   Lun 13 Nov - 21:29









à l'ombre d'un toit.

___________________________________



Et le vent balaie les feuilles. Et toi tu es là, tu marches, à côté de cette jeune fille. Fait étonnant, tu n’as pipé mot depuis que tu as accepté sa proposition. Tu ne sais trop pourquoi, mais tu n’oses pas dire quoi que ce soit. Pire que tout, tu n’as rien à dire, et tu es obligé de supporter le silence ambiant, simplement perturbé par le froissement des feuilles mortes qui valsent dans les courants d’air, le bruit de vos pas respectifs sur le sol. Tes mains maltraitent la sangle de ton sac, la toile rugueuse gratte la peau de tes doigts à chaque fois que tu les remontes le long de la bandoulière pour continuer de la plier, de la triturer, de la gratter du bout de l’ongle.
Tu serais seul, tu aurais commencé à trottiner entre les feuilles, tu les aurais suivies. Tu aurais tourné sur toi-même en même temps qu’elles, et tu aurais fini par presque te perdre dans cette forêt, ne jamais en ressortir. Oui, mais voilà, tu n’es pas seul, Hannes, et quelque chose te souffle de respecter le silence imposant qui s’est installé.

Pour tuer l’attente, tu essaies de t’imaginer ce qui t’attend, là-bas, chez elle vraisemblablement. Chez elle, et chez les siens. Chez les autres. Il y a tellement longtemps que tu n’as fait que dormir à la belle étoile, tu en as oublié ce que c’était d’avoir un lit sous le dos et une vraie couverture sur les épaules. Tu ne saurais pas dire si ça te manque  ou pas. Tu verras demain matin, éventuellement. Mais l’hiver approchant, tu ne rechigneras pas devant un repas chaud, un vrai.
Ton regard papillonne un peu partout, il scrute les environs. Il remarque des arbres que tu connais, des plantes qui te sont familières, mais tu ne t’écartes pas du chemin tracé par ton guide. Vous marchez depuis un petit moment, déjà, quand vous finissez par sortir de la forêt. Tu n’as toujours rien dit. En soi, c’est un exploit. Tes doigts, eux, n’ont pas cessé de jouer avec la sangle de ton sac, en revanche. Tu ne sais pas pourquoi tu es aussi nerveux. Est-ce que tu l’es, seulement ? Tu n’en as aucune idée, pour être honnête. C’est également seulement là que tu te rends compte que tu ne connais pas son nom.
Elle ne connaît pas le tien non plus. Tu fais doucement la moue, en cherchant la meilleure manière de te présenter. A moins qu’il n’y en ait pas, va savoir. Tu décolles les lèvres pour parler, les refermes aussitôt. C’est étrange, que tu te mettes à chercher, comme ça, une ouverture et une manière d’aborder les choses.

Hannes, peut-être que tu t’assagis enfin. Peut-être que tu finis par faire comme tout le monde, à peser le pour et le contre avant de dire quelque chose de stupide qui te plongera dans les ennuis pour une durée indéterminée. Tu en soupirerais presque. Tu finis quand même par te jeter à l’eau. Parce qu’il faut bien que quelqu’un le fasse, dans votre atypique duo.

« Hm… Je m’appelle Johannes. Et vous ? »

Simple. Concis. Quelque chose que tu ne fais pas vraiment, d’habitude, mais ce sont juste des présentations, pas vrai ? Tu ne sais absolument pas ce que tu vas faire, maintenant. Il n’y a vraiment plus que le bruit de vos pas qui vient troubler le silence. Vous approchez, doucement mais sûrement, de Jorkastal. Tu peux la voir se profiler, elle n’est pas si loin. Hannes, si tu restes aussi sage, peut-être que ta soirée se passera bien, peut-être que tu pourras rendre service à quelques personnes, obtenir çà et là un biscuit pour te remercier de ta peine, sans te faire jeter dehors ni t’attirer les regards assassins de qui que ce soit.
Tu viens d’y penser, mais Jorkastal, tu n’y as jamais mis les pieds, tu n’as jamais osé. C’est intimidant. D’un seul coup, la jeune femme à côté de toi devient intimidante elle aussi, à l’image de la ville.







_________________

Tuopa taita tammen latvat, rutaise rutiset raijat, nouse tuuli tuulemahan, vihkurit vetelemään, nouse tuuli tuulemahan, ilmarinte riehkimään


Vous agace en #2E8B57
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t217-l-orage-dans-ses-yeux-johannes
Eyia Hróaldrsdóttir


avatar


Date d'inscription : 01/03/2017
Messages : 36
Age du personnage : 19 ans
Divinité protectrice : Skadi
Pouvoir : Cocon glacé

MessageSujet: Re: A l'ombre d'un toit. / Eyia   Sam 16 Déc - 23:08



Alors que le vent accrochait à leurs cheveux les feuilles tombantes, en de charmantes décorations qui ne s’attardaient jamais, les deux compagnons improvisés avançaient à un rythme régulier à travers bois et fourrés. Leur chemin demeurait désert et silencieux ; pourtant la chasseresse ne savait que trop bien que c’était dans l’ombre des lourdes branches et à l’abri de la roche et du bois que foisonnait la vie. Et de savoir qu’en ces lieux était sa place, son cœur s’apaisait.
Un regard oblique vers le jeune guérisseur, autant curieux que pensif, et elle rapporta ses prunelles de nuit ténébreuse vers une voie qu’elle seule voyait s’ouvrir devant ses bottes de cuir usé. Eiya devait reconnaitre qu’elle ne s’était guère attendue à ce que ce mystérieux cueilleur la suive sans hésiter, en quête semblait-il d’un foyer chaud où passer la nuit, à l’abri de l’humidité perfide et d’indésirables visiteurs. Son oncle serait fort probablement surpris de la voir en telle compagnie, elle qui n’avait guère ni l’habitude ni l’envie de se mêler aux autres humains. Resserrant autour de son cou l’attache de sa cape, la chasseresse accrocha son visage à la frondaison des arbres, songeant à sa famille qui sans doute l’attendait. Ils ne s’inquièteraient guère avant le lendemain soir, de ne pas la voir ainsi rentrer, sachant pertinemment qu’elle avait pour habitude autant de passer la nuit avec les astres pour seul toit que de s’arrêter chez de proches parents, quoi que cette fois cependant, les étoiles ne seraient pas en sa compagnie. Cela ne les empêcherait pas, elle le savait, d’éprouver une pointe d’angoisse dans le cœur de sa mère, qui n’en saurait pas moins la dissimuler aux yeux de son époux alité. Et en elle-même, la jeune femme sentait naitre un soupçon de crainte en songeant à ses chers géniteurs seuls dans la petite maison de bois ; l’un malade, l’autre épuisée et veillant tard à la lumière de leurs rares bougies.

Une voix timide la tira de ses pensées, rappelant à son bon souvenir la présence du guérisseur à ses côtés. Avec un hochement de tête, elle accepta l’information, déclinant sa propre identité d’un « Eiya » des plus laconiques.  Et elle reprit sa route sans plus attendre. C’était donc cela, la cause des tortillements et gestes nerveux de son compagnon ? Elle n’avait jamais imaginé pouvoir effrayer qui que ce fut, ni même rêvé de le faire, et surtout pas un jeune homme dont l’âge semblait si proche du sien. Perplexe à cette idée nouvelle, la chasseresse tourna et retourna dans sa tête tout comportement de sa part ayant pu conduire à un tel émoi chez son invité. Non, vraiment, rien ne lui venait en tête. Fort heureusement, l’arrivée près de la capitale la ramena à d’autres préoccupations et ce fut son tour d’être embarrassée. Toussotant légèrement, elle raffermi sa prise sur son arc avant de ralentir le pas, tournant le visage vers Johannes.

-En vérité… Ce ne sont pas chez mes parents, que nous allons, mais dans de la famille maternelle. Ma tante peut être… particulière. Faites attention sur les règles de bienséances et présentez-vous aussitôt comme guérisseur. Elle n’apprécie guère les vagabonds et ne saurait en accueillir courtoisement un dans sa demeure.

Sans doute l’une des raisons pour laquelle Eyia allait si peu souvent chez le couple et leur jeune enfant. Puisqu’eux venaient les visiter afin de passer au chevet de son père, la jeune femme préférait d’ordinaire se tenir éloignée de la capitale ; cette fois cependant, elle ferait exception pour sa nouvelle connaissance. Nerveuse, elle franchit les hauts murs de la ville en se rapprochant instinctivement des habitations, cherchant leur ombre réconfortante en regrettant déjà l’enveloppe rassurante de sa chère forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t213-eyia-hroaldrsdottir
 
A l'ombre d'un toit. / Eyia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stigandr - le forum RPG fantasy nordique ! :: Clan du Nord :: Jorkastal-
Sauter vers: