Partagez | 
 

 ô vieillesse ennemie! (PV Ylwa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hjalmar Thorbjörn


avatar


Date d'inscription : 01/03/2016
Messages : 171
Age du personnage : 47 ans
Divinité protectrice : Skadi
Pouvoir : Une ouïe sur-développée, conçue pour la chasse !

MessageSujet: ô vieillesse ennemie! (PV Ylwa)   Mar 6 Sep - 19:52

On était en plein milieu de la journée et il pleuvait. Hjalmar n'était pas équipé pour ce genres d'escapades. Outre le fait qu'il avait bien vieillit ses os lui faisait mal et a peu près tout ses muscles d'ailleurs. Sans compter les vieilles blessures qui venait se rappeler à son bon souvenir de temps à autre. Alors pourquoi il allait faire une escapade en forêt? C'était bien simple il avait besoin d'un guérisseur, ou plutôt d'une guérisseuse. Partir comme ça au milieu de rien du tout montrait qu'elle avait un sacré tempérament, pour pas dire à moitié folle, surtout qu'elle était a moitié estropié. Depuis qu'il avait perdu Zlakto il avait quelques problèmes à se réapprovisionner en produits pour se maintenir en relative bonne santé. Puis pour acheter des poisons aussi, cependant il avait intérêt à faire un trait dessus. Même si la plupart du temps fallait pas se mentir, il prenait des drogues qui lui faisait juste oublier qu'il avait mal. Cela dépendait des fois. Il tomba sur un village de bucherons qui était censé avoir accueillit la "jeune femme" (bien que certains bucherons le regardèrent de travers en prononçant ces derniers mots).  Bref, au bout d'un petit moment de mauvaises compréhensions, de grognements et de paroles de consanguins voulant tout et rien dire, il eut les informations tant recherché. Hjalmar était prêt à parier qu'ils avaient tous le même nom de famille et qu'ils avaient tous le même arrière grand père.  Les bucherons lui proposèrent cependant de rester en attendant le retour de la guérisseuse. Rester dans ce trou à rat? Hors de question! Puis qu'est-ce qui lui disait qu'ils essaient pas de le duper? Rien! Avec cette racaille fallait s'attendre a tout. C'est donc avec une joie certaine qu'il alla dans la direction en utilisant ses dons de pisteur pour retrouver la femme. Il n'était pas un disciple de Skadi pour rien. Il n'eut donc pas trop de mal à traquer sa proie, elle s'appuyait lourdement sur son bâton. Au bout d'un moment il tomba sur la jeune femme.


-Bonjour madame, je vous cherchais!

Hjalmar se souvint qu'il sortait parfois ce genre d'âneries à ces futures victimes. Il avait vite abandonner, ça rendait souvent les cibles plus difficile à avoir. La dernière fois qu'il avait fait ça il avait bien faillit mettre fin à sa carrière prématurément... et pas forcement dans les meilleurs conditions pour lui. Ayant conscience que son silence pouvait devenir inquiétant il recommença a parlé. Après tout, parler était avant tout un vecteur qui montrer sa volonté d'être amicale ou agressif suivant les circonstance. C'était pour ça que tellement de gens parlaient pour rien dire.

-J'ai eu beaucoup de mal à vous trouvez. Cependant on m'a dit tellement de bien de vous que j'ai jugé bon de venir vous voir où que vous soyez.


Bon, il commençait vraiment a perdre la tête, bientôt il allait lui racontait toute sa vie. Sa vie il était pas sûr de vouloir la racontait dans son intégralité a quiconque. Même quand il essayait de pas en dire trop... Ben c'était déjà trop.

-Je sais que vous ne pouvez pas combattre la vieillesse mais... Mon ancien herboriste m'ayant quitter j'ai besoin de quelques soins. J'aimerai juste soulager mes douleurs. Mes blessures me font mal ainsi que beaucoup de mes muscles. Des douleurs se réveillent souvent un peu partout sur mon corps.  Pouvez-vous m'aidez?

Puis il ne pu s'empêcher de regarder les jambes de la guérisseuse.

-Remarque, avec votre handicape vous savez sûrement de quoi je parle...

Puis étrangement heureux de monologuer il continua sur un:

- A moins que vous vous êtes adapter, après tout, aller seul dans ces bois en étant handicaper... Il faut vraiment du courage... Ou simplement oublier. Oublier donne parfois beaucoup de forces. ça peut être un avantage aussi. Oubliez qu'on a eut des idées stupides c'est souvent oublier de les défendre. Ce qui fait un bien fou pour tout le monde croyez-moi. Oubliez qu'on a mal permet de ne plus avoir peur, et c'est plutôt efficace. Croyez-moi, je sais aussi de quoi je parle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ylwa Vindmor


avatar


Date d'inscription : 04/07/2016
Messages : 26
Age du personnage : 41 ans
Divinité protectrice : Bragi
Pouvoir : Mémoire Eidétique

MessageSujet: Re: ô vieillesse ennemie! (PV Ylwa)   Sam 10 Sep - 16:51

Il n’y avait rien de plus agréable qu’une douce après-midi pluvieuse pour partir à la recherche d’herbes médicinales au milieu de la forêt. Ylwa affectionnait particulièrement ce temps. Il ne faisait ni froid, ni chaud ; l’eau la nettoyait naturellement et elle avait peu de chance de croiser qui que ce soit, ce qui était idéal pour avoir la solitude qui lui était si agréable lorsqu’elle partait si loin du camp du Clan du Vent. Avec sa grande sacoche d’apothicaire, son bâton et sa dague bien cachée dans un repli, la guérisseuse était partie dans les profondeurs des forêts pour récupérer quelques plantes dont les vertus seraient utiles au Clan tout entier. Elle comptait également en profiter pour récupérer une paire de spécimens végétaux qui, selon quelques rumeurs qu’on lui aurait murmurées, auraient des propriétés très intéressantes. Elle comptait faire des expériences à leur sujet et vérifier si ce qu’elle avait ouï était vrai. Après tout, il n’y avait qu’en essayant qu’on pouvait savoir si quelque chose fonctionnait réellement ! Certes, les occasions d’essayer sur une véritable personne étaient rares, mais cette plante -une sorte de mousse dorée très particulière qui ne poussait que sur un certain type d’arbre- pouvait apparemment soigner un cas spécial sur lequel elle se cassait la tête depuis des années. Tout ce qu’elle espérait à présent, c’est que ce fusse vrai. Elle n’aimait pas spécialement avoir de faux espoirs, surtout sur ce genre de sujets. Au pire des cas, elle rentrerait avec quelques-uns de ses stocks renfloués. Alors qu’elle s’accroupissait pour cueillir une herbe au bord d’un tronc d’arbre tombé, une voix la fit sursauter et elle manqua de perdre l’équilibre. Elle fut forcée de poser ses genoux à terre pour éviter de s’effondrer. Elle se tourna pour discerner l’homme qui venait de l’aborder.

« Bonjour madame, je vous cherchais! »

Une cinquantaine d’années tout au plus, mais qui paraissait légèrement plus âgé à cause des ses cheveux déjà bien grisonnants. Il était borgne mais son autre œil glacé trahissait une vision plus qu’affûtée. Peu expressif, des traits durs et sérieux ; sans doute une personne sévère, au rôle important à une époque peut-être révolue. Vu son léger embonpoint, il n’était certainement pas un vagabond. Conclusion, c’était sans doute quelqu’un avec une certaine autorité au sein d’un Clan, mais ce n’était pas quelqu’un du Clan du Vent. Mais alors… Que faisait-il ici ? Elle avait bien pris garde de ne pas dépasser les frontières. Et elle avait beau fouiller sa mémoire, en laquelle elle avait intégralement confiance, il lui était impossible de nommer cette personne. Ses paroles n’avaient rien de rassurant, cependant. Méfiante, elle se redressa difficilement pour se tourner vers lui, tandis qu’il se remettait à parler :

« J'ai eu beaucoup de mal à vous trouvez. Cependant on m'a dit tellement de bien de vous que j'ai jugé bon de venir vous voir où que vous soyez. »

N’aurait-il pas pu venir la voir directement dans le camp ? Ah, oui ; puisque c’était sans doute un membre d’un autre Clan, il avait sans doute été obligé de venir la voir en privé. Sa réputation ne l’avait apparemment pas trahie, mais elle devait s’avouer embêtée. Si des gens venaient la voir ainsi à l’improviste sans arrêt, les risques seraient importants. Elle se voyait mal demander d’être accompagnée à chacune de ses sorties. Les gens, quel que soit leur Clan, avaient généralement du respect pour les soigneurs, mais il n’était pas exclu qu’on s’en prenne un jour à elle. Par précaution, elle préférait éviter les rencontres en privé comme celles-ci. Il fallait qu’elle s’échappe au plus vite, ou qu’elle regagne un endroit avec un peu plus de monde. Ylwa n’avait pas confiance en cet homme, il avait… Une étrange aura.

« Je sais que vous ne pouvez pas combattre la vieillesse mais... Mon ancien herboriste m'ayant quitter j'ai besoin de quelques soins. J'aimerai juste soulager mes douleurs. Mes blessures me font mal ainsi que beaucoup de mes muscles. Des douleurs se réveillent souvent un peu partout sur mon corps.  Pouvez-vous m'aidez? »

Elle n’était pas là pour guérir les membres d’autres clans, et tous ses réserves d’herbes à but de renforcement et de soulagement étaient réservées soit à elle-même, soit au Clan. Ces plantes-là étaient rares et difficiles à cultiver, mais il en fallait extrêmement souvent pour diverses raisons. Elle en avait bien quelques feuilles dans son sac, bien entendu, mais elle se voyait mal les donner à un inconnu. Tandis qu’il fixait ses jambes, elle réalisa que ce qu’elle venait de penser était une contradiction avec ce qu’elle avait observé et déduit plus tôt. Bien que son herboriste avait sans doute rejoint le Valhalla, pourquoi allait-il s’adresser directement à elle ? N’avait-il donc pas de guérisseur dans son propre Clan ? Hm… C’était peut-être un membre du Clan du Dragon. Ca expliquerait… L’aura qu’il dégageait. Elle avait beau être allée chez ces gens plusieurs fois, elle les trouvait parfois un peu… Inquiétants.

« Remarque, avec votre handicap vous savez sûrement de quoi je parle... »

Un handicap ? Quel handicap ? Presque offensée des propos de ce vieil homme débarqué de nulle part, elle fronça les sourcils. Elle détestait être considérée comme une femme faible et sans défense. Ses faiblesses de jambes n’étaient absolument pas dérangeantes, elle était tout à fait indépendante et s’en tirait tout à fait bien.

« A moins que vous vous êtes adapter, après tout, aller seul dans ces bois en étant handicaper... Il faut vraiment du courage... Ou simplement oublier. Oublier donne parfois beaucoup de forces. ça peut être un avantage aussi. Oubliez qu'on a eut des idées stupides c'est souvent oublier de les défendre. Ce qui fait un bien fou pour tout le monde croyez-moi. Oubliez qu'on a mal permet de ne plus avoir peur, et c'est plutôt efficace. Croyez-moi, je sais aussi de quoi je parle. »

Et le voilà à monologuer en radotant presque. Ylwa avait perdu le fil rapidement, peu intéressée par ses propos quelque peu… Lassants. En plus, il continuait sur son idée qu’elle était handicapée alors qu’elle ne l’était absolument pas. Quand on vit avec une faiblesse musculaire depuis sa naissance, c’est tellement banal que ça ne vous dérange même plus. En plus, lui qui parlait d’oubli… Si seulement il savait que le pouvoir de la guérisseuse était lié à l’inverse ! C’était presque ironique, en fait. Elle s’efforça à sourire, et s’adressa à lui d’un ton assez doux :

« Navrée, monsieur, mais je crains d’être incapable de vous aider. Les plantes médicinales dont je fais usage sont réservées aux membres de mon Clan, et… Sans vouloir vous offenser, je ne vous connais de nulle part, bien que j’aie pu énormément voyager. De plus, je n’ai rien sur moi, alors cela ne sert à rien d’insister. »

Bon, ce dernier mensonge n’était certainement pas nécessaire, mais il fallait bien qu’elle trouve suffisamment d’arguments pour le repousser. Elle était déjà assez mal à l’aise avec lui, et bien qu’elle essayait de ne rien montrer en peignant sur son visage une expression de calme indifférent, elle savait bien qu’un œil aiguisé et une oreille attentive sauraient reconnaître sa méfiance cachant une légère crainte de l’inconnu qui lui faisait face. Somme toute, c’était parfaitement normal qu’elle en arrive à penser cela. Il l’avait pistée elle ne savait comment, et l’avait abordée au milieu de nulle part. Sur cette pensée, inquiétée à l’idée qu’il puisse lui vouloir du mal, et sachant parfaitement que malgré l’âge du vieil homme, elle ne pourrait pas se débattre, elle commença à se mettre en route pour le contourner, sans se presser.

« Vous devriez vous adresser à quelqu’un d’autre. Vous devez avoir un guérisseur dans votre Clan, il répondra sans doute à votre requête. »

_________________

La mémoire est une chose compliquée : la sœur de la vérité, mais pas sa jumelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t127-ylwa-vindmor
Hjalmar Thorbjörn


avatar


Date d'inscription : 01/03/2016
Messages : 171
Age du personnage : 47 ans
Divinité protectrice : Skadi
Pouvoir : Une ouïe sur-développée, conçue pour la chasse !

MessageSujet: Re: ô vieillesse ennemie! (PV Ylwa)   Lun 26 Sep - 19:07

Avant même qu'il ait finit de parler, Hjalmar sentit d'avance le discours qu'allez lui tenir Ylwa. Il ne crut pas un seul instant à l'histoire qu'elle soignait uniquement les membres de son clan. Quel mensonge idiot. Le genre qu'on ne relevait pas juste pour éviter les conflits. Joie. Il avait vraiment réussis a avoir l'air sénile visiblement, peut-être même un peu trop bien pour sa santé. ça partait déjà du mauvais pied, en même temps avec une handicapé fallait s'y attendre. Des vrais têtes de mules dans bien des cas, ça avait tellement prit dans la figure qu'ils n'étaient plus capables de s'arrêter quand il le fallait, ça pouvait donner de bonnes choses et souvent de moins bonnes choses. La méthode du vieux gâteux avaient visiblement de sérieuses limites. Il y avait cru un instant. Hjalmar se sentait vraiment de mauvaise humeur maintenant, pourtant il sentait qu'il allait devoir prendre des gants. Vie de chien. Puis visiblement elle avait peur de lui. Il maitrisait de moins en moins la peur qu'il arrivait à produire sur les autres. Il fallait bien dire qu'il s'en moquait de plus en plus. La poursuivre ne servirait à rien, juste a la conforter dans son idée. C'était à la fois très courageux et très inconscient de sa part de lui tourner le dos. Il avait juste envie de lui mettre un couteau sous la gorge et la cible était encore plus facile à avoir qu'il y a quelques minutes. Cependant Hjalmar savait que c'était une très mauvaise idée. Non seulement, on entendrait parler de lui à coup sûr vu la réputation de la dame, mais en plus tout un tas de gens savait qu'il la cherchait. En prime vu la réputation d'Hjalmar, beaucoup de gens se mettraient à le soupçonner et évidement il ne pourrait pas compter sur le clan du dragon pour le soutenir. Bref, il pouvait rien faire sans avoir à court ou long terme de sérieux ennuis. Il allait continuer la méthode du vieux gâteux... Il risquait juste de se faire envoyer paitre et c'est tout...  


-Je sais bien qu'il serait mieux pour moi d'aller voir mon clan, mais...


Il finit par une note de tristesse et laissa sous-entendre le pire. C'était toujours ce moment flou, où il ne savait plus vraiment s'il mentait ou pas. Il fallait bien le dire...

-Enfin ça ne vous intéresse pas j'ai bien compris... Tant pis.


Puis jouant son rôle jusqu'au bout de vieux gâteux qui n'arrive jamais vraiment à s'arrêter.

-Trop de gens ont péri dans mon entourage par manque de soins, beaucoup trop de guérisseurs ne se soucient que de l'argent où de traiter que les effets superficiels. Beaucoup de gens de mon entourage sont mort comme ça! C'est pour ça que je cherche une personne comme vous!


Puis il fit de nouveau un silence de mort, les oiseaux avaient arrêté de chanter. Peut-être avaient ils sentit que Skadi le protégé.

-et c'est sans parler de ceux qui sont carrément devenu accro à une substance thérapeutique, mon cousin ne s'en ai jamais remis! Sa famille non plus d'ailleurs!


Hjalmar continua sur une mine triste et commença a se vouter pour prendre une attitude résignée.

-J'ai des relations qui peuvent vous fournir en herbes médicinales... et même vous en donner d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ylwa Vindmor


avatar


Date d'inscription : 04/07/2016
Messages : 26
Age du personnage : 41 ans
Divinité protectrice : Bragi
Pouvoir : Mémoire Eidétique

MessageSujet: Re: ô vieillesse ennemie! (PV Ylwa)   Ven 7 Oct - 22:35

« Je sais bien qu'il serait mieux pour moi d'aller voir mon clan, mais... » Il marqua une pause. « Enfin ça ne vous intéresse pas j'ai bien compris... Tant pis. »

Un sans-clan ? C’était encore pire ! Il n’y avait rien de plus détestable que ces personnes errantes auxquelles on ne pouvait pas faire confiance. Si elles ne faisaient plus partie d’un des Clans, et que même le Clan du Dragon avait refusé de les accueillir, alors ils étaient indéniablement des gens dangereux. Ylwa frissonna sous ses fourrures et cela ne fit que la motiver davantage pour qu’elle s’éloigne.

« Trop de gens ont péri dans mon entourage par manque de soins, beaucoup trop de guérisseurs ne se soucient que de l'argent où de traiter que les effets superficiels. Beaucoup de gens de mon entourage sont mort comme ça! C'est pour ça que je cherche une personne comme vous! »

Et le voilà à jouer la carte de la culpabilité… Cet homme n’avait-il donc aucune vergogne ? Ylwa n’était nullement pas responsable de ce genre de situations, elle faisait son travail pour son Clan, un point c’est tout ! Elle commençait sincèrement à se demander s’il n’était pas en train de mentir à gorge ouverte dans le seul objectif de retirer des herbes à la guérisseuse… Ce ne serait pas la première fois que ça lui arrivait. Combien de manipulateurs avaient tenté de se victimiser ou se faire passer pour malades pour obtenir des plantes qu’ils revendraient à des prix exorbitants à des malheureux ne souhaitant pas passer par les guérisseurs de Clans de crainte de trop les importuner ?

« Et c'est sans parler de ceux qui sont carrément devenu accro à une substance thérapeutique, mon cousin ne s'en ai jamais remis! Sa famille non plus d'ailleurs! »

Où était le rapport ? Et puis qu’en avait-elle à faire, de toute façon ? Cela ne la concernait nullement, elle n’avait pas à se soucier de ces choses-là. Chacun était responsable de ses erreurs, chacun avait son lot de malheurs, il n’était nul besoin de se plaindre à d’autres ; elle n’avait rien à se reprocher. Le voilà à se voûter comme un malheureux.

« J'ai des relations qui peuvent vous fournir en herbes médicinales... et même vous en donner d'autres. »

… Sérieusement ? Elle cligna des yeux, surprise. Après ce qu’il venait de dire l’instant précédent, il annonçait ça ? Elle n’osait même pas y penser, tellement c’était d’une absurdité sans nom.

« Je suis désolée de me répéter, mais je n’ai rien sur moi pour vous aider et il n’est pas question que je fasse le trajet jusqu’au Clan pour vous rapporter quelque chose ; le temps que je revienne, il fera déjà nuit, et je préfère éviter de me déplacer de façon nocturne. »

Elle continua donc de s’éloigner à une allure plus vive, impatiente de s’éloigner de cet homme.

_________________

La mémoire est une chose compliquée : la sœur de la vérité, mais pas sa jumelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t127-ylwa-vindmor
Hjalmar Thorbjörn


avatar


Date d'inscription : 01/03/2016
Messages : 171
Age du personnage : 47 ans
Divinité protectrice : Skadi
Pouvoir : Une ouïe sur-développée, conçue pour la chasse !

MessageSujet: Re: ô vieillesse ennemie! (PV Ylwa)   Mer 26 Oct - 18:03

H.J Désolé du retard excessif, c'est la dernière fois é_è


Le vieillard était dépité, il ne faisait même plus semblant. Il ne dit plus rien. Il sentait trop la rage bouillir en lui pour qu'il se sente autoriser a parlé ou a agir. Il laissa la jeune inconsciente s'éloignait même si tout ses instincts et sûrement aussi la déesse qui le protégeait lui commander de la tuer et de la jeter aux bêtes sauvages. Elle le méritait amplement car pour ne pas avoir de cœur au point de laisser un vieillard seul dans les bois c'était quand même quelque chose. Il savait qu'il avait perdu la bataille, il avait cru le combat facile il avait eut tord. Quel piètre assassin il faisait! Sachant que la guerre n'était peut-être pas finis il lança un :

-Je comprends, désolé pour le dérangement, au revoir!

Il partit dans l'autre sens sans se retourner, il n'avait toutefois pas perdu de vu une chose... Elle était sûrement obligée de repasser par le village de bucheron. Mieux encore, elle serait obligée de loger dans l'établissement insalubre qui servait de taverne. Hjalmar avait donc un plan, bien qu'il ne se faisait plus vraiment d'idées quand à l'issu de ce plan il décida quand même de tenter. Après tout s'il avait abandonné à chaque situations désaérées il ne serait plus ici... Ce qui n'aurait peut-être pas été plus mal remarquait.

Une fois qu'il fut arrivé dans le coin paumé il essaya de se renseigner sur un endroit où dormir. Il essaya de faire du baratin comme d'habitude. Y avait que sur cette vieille folle que la technique du vieux gâteux n'avait pas marché. D'habitude les gens avaient tendance à le considérer comme un vieux peut-être un peu inquiétant mais inoffensif au fond. Il rentra tranquillement au village, la nuit commença a tomber. Il se força  a être sympathique de temps en temps pour attendrir les gens (et leur donner une bonne raison qu'il était plus gentil qu'il en avait l'air) il disait:


-Ah excusez-moi une vieille blessure dans le dos qui me fait souffrir, une longue histoire. Ylwa n'a pas eut l'air de s'en intéresser... Sûrement qu'il n'y a plus rien a faire. Elle doit savoir ce qu'elle fait? Non?


Il laissait cependant un doute dans sa voix pour mieux faire douter les autres. Il recevait alors toute une flopée de conseils qui ne servaient à rien dans le meilleur des cas et qu'il écouta avec une attention toute relative. Cependant, il n'était cependant pas dupe, beaucoup cracherait dans son dos a peine aurait il quittait le village... Voire avant en fait. Il entendait déjà quelques conversations sur son sujet qui n'avait rien de glorieux. Il s'arrêta donc à la taverne pouilleuse du coin, qui servait aussi apparemment de ferme. La terre était battue et c'était absolument isolé du tout! Il ne Fallait pas non plus avoir peur de disputer son repas avec des poules. Il commanda tranquillement son repas et attendit patiemment. .. Si Ylwa ne venait pas il laisserait définitivement tomber l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ylwa Vindmor


avatar


Date d'inscription : 04/07/2016
Messages : 26
Age du personnage : 41 ans
Divinité protectrice : Bragi
Pouvoir : Mémoire Eidétique

MessageSujet: Re: ô vieillesse ennemie! (PV Ylwa)   Ven 28 Oct - 1:31

Enfin seule, pensa-t-elle lorsqu'il disparut derrière les arbres, et qu'elle se retrouva entourée de silence. Immédiatement, elle se sentit beaucoup plus à l'aise : maintenant que cet inquiétant vieil homme était parti, ses pensées revenaient clairement dans son esprit et reprenaient leurs places petit à petit. Elle n'aimait pas faire face à des situations aussi stressantes que celles-ci... Quand elle sentait le danger émanant de la part de quelqu'un, elle se retrouvait à commettre des erreurs. Et celles-ci pouvaient avoir un prix... Quand il s'agissait de soigner quelqu'un aux portes de la mort, c'était autre chose, car la-dite personne ne risquait pas de s'en prendre à elle ! Mais là... Non, elle avait eu peur pour elle, pour sa vie, pour sa tranquillité d'esprit. Que se serait-il passé s'il avait été... Un pervers, ou quelque chose du genre ? Elle n'osait l'imaginer une seule seconde.

Peut-être aurait-elle dû lui donner les herbes immédiatement et s'en aller sans demander son reste, cela aurait été sans doute plus intelligent... Il reviendrait à la charge dès que possible pour lui en redemander, et elle craignait qu'il ne fusse plus agressif la prochaine fois. Elle préférait éviter de se retrouver sous la menace... Surtout s'il s'agissait de quelqu'un d'aussi inquiétant que ce vieil homme. Elle ne pouvait tout simplement plus chasser son image de son esprit : elle le revoyait devant lui, insistant encore et encore, alignant ses phrases tandis qu'elle restait devant lui, tentant de garder le contrôle et de ne pas fuir pour échapper à l'aura mauvaise qui se dégageait de lui. Il lui inspirait de la peur, même si elle n'arrivait pas à expliquer pourquoi. Ce n'était définitivement pas une bonne personne. Elle avait fait le bon choix en ne lui donnant pas ces herbes.

Se mordant la lèvre inférieure, priant que ce ne soit pas une simple illusion dont elle essayait de se persuader pour se rassurer, la guérisseuse reprit appui sur son bâton pour sortir de la forêt et s'approcher d'une route. Elle arriva du côté d'un village de bûcherons où elle était passée un peu plus tôt. Regagner la capitale du Clan du Vent, et donc sa demeure, serait un beaucoup trop long voyage, et la nuit approchait : elle avait malheureusement mal estimé la durée de son trajet, et il lui faudrait dormir dans une taverne. Heureusement qu'elle s'était préparé à cette éventualité en emportant suffisamment d'économies pour se payer deux ou trois repas et une nuit bien au chaud. Au pire des cas, elle payerait en herbes médicinales. Elle savait être convaincante lorsqu'il s'agissait de persuader quelqu'un de la valeur d'une plante et de son utilité, et puis elle était une personne honnête en affaires, de toute façon.

Elle entra paisiblement dans la taverne du village, pour y trouver attablé... Le vieillard, annonçant à qui voulait l'entendre sa douleur et sa souffrance. Elle resta là, paralysée une paire de secondes. Il revenait à la charge, mais différemment, cette fois. Quelque part, c'était plus rassurant qu'un tête-à-tête ; mais d'un autre côté, elle savait qu'elle ne pourrait absolument pas refuser de l'aider s'il lui demandait en face de tant de gens. Ylwa savait parfaitement qu'en tant que guérisseuse, il était de son devoir d'aider tous ceux dans le besoin. Cependant, secourir des vagabonds souffrant de maux de dos alors que certains auraient sans doute besoin de ces herbes pour éviter de succomber à la douleur d'une grave morsure animale... On lui avait souvent reproché d'être trop économe, voir avaricieuse : mais elle était surtout prévoyante.

Elle s'approcha du comptoir et appela poliment le tavernier, pour lui demander une chambre. Elle décida de payer d'avance. Pour le moment, le vieillard ne l'avait pas remarqué, mais cela ne saurait tarder. Cependant, elle se retrouva face à un problème : elle ne pouvait nullement manger dans sa chambre, et le tavernier augmenterait les prix bien au-dessus de ses moyens s'il devait faire un service plus tard dans la soirée. Et maintenant qu'elle se retrouvait devant le fait, elle se disait qu'elle n'avait vraiment pas envie de donner ses précieux médicaments. Finalement, elle allait peut-être devoir affronter ce manant devant tout le monde, et le convaincre de la laisser en paix... Y arriverait-elle ? Elle ne pouvait être sûre de rien, mais il fallait bien qu'elle essaye.

Elle prit place sur une table au fond de la salle, bien à l'abri des regards indiscrets. Les buveurs comme ceux qui emplissaient cette taverne avaient tendance à loucher sur elle et elle appréciait très maigrement quand cela arrivait. Et puis... Mine de rien, elle était une personne facilement intimidable. Oui, bon, c'était assez évident quand elle repensait à la situation qui était arrivée il y a seulement quelques dizaines de minutes, en soi, mais quelque part, elle ne paraissait pas forcément être la personne la plus peureuse du monde au quotidien. Une femme seule dans une taverne isolée, ça attire forcément les regards. Il fallait espérer que rien ne lui arriverait, une fois de plus. Elle ne tenait pas vraiment à se retrouver dans des situations gênantes... Même si elle savait se défendre correctement, elle préférait vraiment éviter. Elle soupira et attendit calmement qu'on lui fasse signe d'aller récupérer son repas du soir, aussi mince et poisseux soit-il. Elle n'était pas exigeante, de toute façon, elle voulait juste avoir de quoi s'endormir avec l'estomac un tant soit peu rempli pour repartir aux premières lueurs de l'aube. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle n'était pas non plus regardante sur l'environnement assez... Dégradé et miséreux, il fallait l'admettre.

_________________

La mémoire est une chose compliquée : la sœur de la vérité, mais pas sa jumelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t127-ylwa-vindmor
Hjalmar Thorbjörn


avatar


Date d'inscription : 01/03/2016
Messages : 171
Age du personnage : 47 ans
Divinité protectrice : Skadi
Pouvoir : Une ouïe sur-développée, conçue pour la chasse !

MessageSujet: Re: ô vieillesse ennemie! (PV Ylwa)   Sam 5 Nov - 8:29

A force d'être dans une taverne de consanguins a discuté de choses idiotes ou sans intérêt Hjalmar commençait a perdre patience! Elle en mettait du temps, si demain elle était toujours pas arrivée, il partirait sans demander son reste. Il commençait a être trop tenter d'en tuer un, bien qu'il aimerait rayer ce village de bouseux de la carte.  Il commença alors tout simplement à commander à boire, il prit donc ce qui servait de bière!  Il obtient une boisson assez forte et franchement pas terrible. Le tavernier avec l'air heureux du résultat, il le complimenta donc en disant qu'il en recommanderait sûrement. Tant pis, il avait besoin de se désaltérer quelque soit la boisson. Les gens d'ici n'avaient vraiment aucun goût.

Comme d’habitude quand il buvait Hjalmar avait envie de raconter sa vie. Il lui arrivait très souvent de modifier des parcelles entières de son histoire mais il retombait toujours sur ses pattes. Il raconta une fois de plus ses blessures de mercenaires a deux ou trois jeunots qui ne connaissaient pas encore la vie, quand soudain il entendit le cœur et la respiration d'une personne en proie à la peur... Suivit de peu de temps après de la voix d'Ylwa. Bien sûr Hjalmar ne se retourna pas et fit semblant de ne pas avoir remarquer la présence de la dame, celle-ci aurait alors paniquer et son plan serait probablement cuit. Cependant un léger sourire sadique se dessina sur son visage. Il allait employer le dicton "plus dure sera la chute." Il allait essayer d'utiliser les villageois pour enfin avoir ses soins... La petite avait la tête dure et chaque mot, chaque gestes pouvaient avoir une importance vitale. Mine de rien, elle était bien plus dure à avoir que beaucoup de ses victimes. Cependant force était de reconnaitre qu'elle avait un avantage sur eux, car elle était vulnérable et elle le savait. Du coup sa vigilance et sa force de caractère n'en était que plus accru. Hjalmar savait cependant que chaque personne avait sa faille. Il servit quelques pintes à ses nouveaux amis en insistant sur le fait que ça lui faisait plaisir. Le vieille assassin poussa la conversation sur Ylwa en les amenant subtilement vers le sujet. Évidement l'un des deux tomba dans le piège et fini par sortir un :

-"Ah ouai, comme la femme là-bas... Rhô, elle en envoie, si seulement je pouvait lui faire boire quelques coups pour la détendre."

Et autres plaisanterie Graveleuses qu'Hjalmar fit juste semblant de trouver subtiles ou amusantes. Il allait donc jouer le grand jeu auprès d'Ylwa surtout qu'il entendait un peu partout des paroles... sur elle. Visiblement pas mal d'hommes fantasmer dessus, il se demanda vraiment comment ils faisaient. Il jeta un coup d’œil à la guérisseuse, celle-ci avait l'air terrifier et pas seulement par lui. Les méninges de Hjalmar  commencèrent sérieusement a marché, un vrai plan se dessina enfin. Il alla calmement vers la guérisseuse, il lui annonça calmement :


-Bonjour, je souhaitais vous avertir que beaucoup de gens parlent de vous. Visiblement le simple fait que vous soyez une femme vous porte au cœur de pas mal de conversations.

Il avait essayé de faire son entré en matière en essayant de n'être pas trop suspect. La jeune femme allait faire la moue, il le savait.  Évidement Hjalmar s'en moquait c'était le résultat qui comptait. Il continua donc pas un :


-Vous savez, il n'est pas très prudent d'être ainsi isolé dans une taverne remplit de gens pas forcément recommandables. Surtout quand vous accrochez l’œil d'autant de personnes.

Son ton était plus froid qu'avant mais bien plus assuré. Il jeta un regard meurtrier à un jeune garçon qui louchait sur la guérisseuse et qui s'empressa de détourner le regard. Cependant, les plaisanteries grivoises allaient toujours bon train.


-Pour l'instant vous ne risquez rien... Cependant une situation ça peut très vite se dégrader... Une pinte ou deux peuvent suffirent...

Il la laissa tergiverser toute seule, elle imaginerait plus facilement le pire. Puis continua d'une voix douçâtre:



-Des fois, fréquenter des gens qui font peur peut avoir un réel avantage! N'ayez crainte nous pouvons discuter en être civilisés et raisonnables...


Il attendit juste un peu avant de continuer, le temps de continuer un peu sa boisson.


-Je vous souhaite bonne chance pour faire la même chose avec eux! Cependant faite comme vous voulez, j'aurai fais tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aidez.

Puis il rentra dans un de ses silences qui avaient tendance a inquiété. Il en profita pour essayer de repéré les groupes a ne pas trop provoquer mais aussi ceux dont il allait falloir mettre une bonne raclée si nécessaire. Assassin c'était aussi savoir ce genre de choses... Il attendit patiemment qu'Ylwa prenne sa décision sans l'influencer d'avantages. Il s'installa aussi de manière a laissé une issue a la guérisseuse... C'était extrêmement difficile de faire un contrat avec quelqu'un qui avait peur de vous. Alors Hjalmar allait faire tout ce qui était en son pouvoir pour faire croire qu'il était le gentil. Dure tâche en vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: ô vieillesse ennemie! (PV Ylwa)   

Revenir en haut Aller en bas
 
ô vieillesse ennemie! (PV Ylwa)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie ! [Clos]
» Amie, ennemie...[Victoire+Marianne] - [terminé]
» Dit tu veut être mon Ennemie ? :D
» Henri de Langoiran - Il faut que jeunesse se passe (et que vieillesse trépasse !)
» Amie ou Ennemie ? [feat Hiragane Miku]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stigandr - le forum RPG fantasy nordique ! :: Clan du Vent :: Les forêts-
Sauter vers: