Partagez | 
 

 Aerikur Njall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Aerikur Njall   Lun 30 Mai - 19:55


Aerikur Njall



Informations
☩ Âge : 43 ans
☩ Clan : De l'Eau
☩ Métier :Chef de clan
☩ Divinité protectrice : Bragi
☩ Pouvoir : Quel que soit la force de sa voix, il est toujours entendu de ceux à qui il veut parler, et eux uniquement. Un murmure peut couvrir une foule. Et le meilleur des espions ne pourrait entendre ce qu'il dit à son voisin si Aerikur ne le désire pas.
☩ Signes particuliers : possède une cicatrice autour du poignet droit, comme un bracelet blanc et rugueux, souvenir d'une corde enroulée ici un jour de grain.
☩ Prédéfini ? Oui
☩ Avatar by Sharandula by deviantart.



Physique
Sans être vraiment grand, Aerikur en impose. Il a cet aura des chefs qui nous rappelle son rang dans n'importe quelle situation. Pour le reste, c'est un homme comme un autre; il tient sa musculature du maniement de ses drakkars. Sa cicatrice autour du poignet lui vient aussi de là, elle lui rappelle à chaque instant que le nature est plus forte que l'homme.
Du reste, il est assez agréable de visage; les cheveux longs, poivres et sels, tombants sur les épaules, les yeux bleus comme les eaux froides de la côte, une barbe fournie; comme le veut la tradition.
Bien sûre, il est marqué par le temps, de petites rides tirent le coin de ses paupières et les plis de son front lorsqu’il réfléchit son plus marquées qu’autrefois mais à part ces quelques détails, le temps ne lui a pas pris grand-chose. Il est toujours aussi fort qu’à ses vingt ans, l’expérience et l’instinct en plus.
A si, le temps lui a offert un petit souvenir, la cicatrice. Son bracelet immortel. Celui qui périra avec lui et qui lui rappel à chaque instant qu’il n’est vivant que par le bon vouloir de Bragi , de la mer et du vent réunis.

Caractère
S
pontané, pour ne pas dire impulsif. Tel était le jeune Aerikur, celui qui partit prendre les flots sans l’accord paternel. Mais ses aventures l’ont forgées.

A présent, Aerikur est un rusé renard qui met tout en œuvre pour sauvegarder son clan et sa famille car s’il a un talent pour la navigation, il en a aussi un pour les complots. Bien sûre, il ‘a aucun ennemi à qui s’en prendre réellement mais il a des « alliés » à contenter. En fait d’allier, il s’agit de ses propres enfants. Des jumeaux, les aînés, Drek et Svëlta . Il aime ses deux enfants plus que tout, plus que son Drakkar même. Alors il se l’ait promis, ils sont les aînés, ils méritent d’être chef l’un autant que l’autre. Ne lui reste plus qu’à inventer un nouveau poste de chef et à manigancer pour leur assurer les voies aux élections lorsqu’il devra passer la flambeau!
D’ailleurs, le renard à des crocs, et il déteste que l’on s’attaque aux siens que ce soit fondé ou non. Pour lui, il est le seul à avoir droit sur son clan. Nul autre n’a le droit de lui reprocher quoi que ce soit et si quelqu’un s’y risque, il en fera une affaire personnelle.
Et oui ! Aerikur est susceptible. Pas de façon violente, non, il est imprévisible. Tout dépendrait de son humeur mais en réalité, la différence se fait par rapport à ses interlocuteurs. Il sait parfaitement qui il doit tenir loin de lui, qui il doit garder proche. Encore ce terrible talent de manigance…



Histoire

La Grand-salle était pleine à craquer. Tous étaient là pour célébrer le quinzième anniversaire du fils de Drovius Njall, Chef du clan de l’eau. Tous ? Non, il manquait encore quelqu’un. En fait, il manquait Aerikur lui-même. Le jeune homme était introuvable. Les serviteurs du « Palais » avaient cherchés partout, fouiller le bâtiment de fond en comble. Rien. Impossible de mettre la main sur le jeune homme.
Drovius convoqua immédiatement le conseil de l’eau et exigea que tout soit fait pour retrouver son fils. Les chefs de familles répliquèrent que ce problème ne concernait que Drovius et sa famille, pas eux. Celui-ci entra dans une rage folle telle qu’il n’en avait jamais eu. Les chefs de famille finirent par accepter. On retourna ciel et mer pendant deux semaines jusqu’à plis soit remis à Drovius. Il venait d’Aerikur et il s’exprimait en ces termes :
Père, à la veille de ma quinzième année, vous m’avez parlé
Vous m’avez encouragé à souhaiter un avenir brillant
Me rappelant le prestige de nos ancêtre et la mission qu’ils nous ont confiés
Ainsi donc, je m’en suis allé voguant

Sur le dos De L’étalon desmers, me préparant à l’accomplir
Si toutefois par avenir brillant, vous entendiez chef de Clan
Sachez que je n’y tiens guère et pourtant
C’est aussi pour vous combler que je me vois partir

Avant de vivre dans l’avenir-prison
Que vous m’avez conçue, laissez
Moi goûter à la Liberté
Et voir quel goût à son poison

Cette luxure que de tout temps
Vous avez dénoncés vertement
Je me ferais un plaisir certain
A pénétrer en son sein

Pardonnez-moi si ces mots sont provoquant
Cela fait trop longtemps
Qu’ils grondent dans mon cœur
Pleins de rancœur

La prison dorée a cédée
Les flots m’ouvrent leurs bras
Je me suis engagé
Et vous ne pourrez me rejoindre là-bas

Cependant, je reviendrai
Fortune faite et prêt
Peut-être à souffrir votre coupe
Mais aujourd’hui, j’ai chaloupe

Et père, je me fais fort d’attendre aussi longtemps que je pourrais avant de vous rejoindre. Sachez également que je suis homme d’honneur et celui-ci se tiendra à ses promesses, quelles qu’elles soient. Prenez soin de mes frères et tâchez de corriger les erreurs du passé. Je reviendrai.
Cette fois, ce ne fut pas la rage qui prit Drovius, mais un véritable ouragan. Il se déchaîna sur les chefs de famille qui n’eurent pas d’autres choix que ployer l’échine en attendant que la tempête se termine. Puis, le Chef du clan de l’eau s’enferma dans un long mutisme. Il n’en sortait que lorsqu’il devait prendre des décisions d’ordre politique.
De son côté, Aerikur n’en savait rien et n’en avait que faire. Il était assis à la poupe de L’Etalon des Mers profitant d’un petit moment de calme pour penser avec délice à tout ce à quoi il échappait. Bon, il lui fallait également admettre que ça lettre avait été terriblement insolente et que le jour où il reviendrait, il ne serait pas accueilli à bras ouvert. Raison de plus, donc, pour rester à bord de ce magnifique Drakkar !
Pendant trois Ans, Aerikur resta à son bord, c’est là qu’il apprit le métier de marin, le métier de son clan. Il devint vite un membre respecté de l’équipage. Malgré son jeune âge il ne rechignait pas à la tâche. Le jeune Aerikur rencontra également des serpents de mers. Ces monstres étaient réellement gigantesques et encore ne les vis-t-il que de loin mais déjà leurs silhouettes s’élevant au-dessus des flots avant de s’y laisser retomber le glaçaient de terreur. En effet, si Aerikur redoutait quelques choses, c’était bien les serpents. Alors imaginez la terreur qui le prenait lorsqu’il voyait ces monstres marins…. Heureusement, les drakkars ne s’en approchaient jamais trop. Le risque encouru était grand.
Ce fut par un beau jour d’hiver qu’Aerikur décida de débarquer. Il avait alors 18 ans et estimait qu’il était temps pour lui de trouver un drakkar qui lui conviendrait. Le futur chef avait choisis un port miteux dont on savait qu’il était le refuge des plus salle canailles que comptait le clan de l’eau. Là, il n’eut aucun mal, après avoir profité des plaisirs du port, à trouver une dizaine de matelots prêt à risquer leur vie pour une expédition folle. Parce que le projet du jeune homme n’était pas des moindres. Il voulait s’emparer de L’Hydre un drakkar magnifique qui mouillait un peu plus loin sur la côte, à un jour de navigation. Et encore, le plus extravagant n’était encore pas le projet, mais la méthode que le jeune homme comptait employer.
La petite troupe partit le lendemain de sa constitution, à l’aube sur une chaloupe qu’on aurait facilement pu qualifier de coquille de noix. Avec une telle embarcation, il ne leur faudrait pas une journée de navigation mais un jour et une nuit. Aerikur en était conscient et l’avait parfaitement planifié. A cette vitesse de croisière, ils arriveraient à l’aube du lendemain. Le jeune capitaine avait absolument tout prévue, y compris l’impatience de ses gaillards lorsqu’ils prendraient conscience de son plan aussi avait-il eu soin de les saouler de vodka. Avec sa maigres solde, il avait employé deux gaillards, pour qu’ils l’aident à transport les poivreaux. Tous les travaux peuvent être rémunérer quand on savait à qui s’adresser.
Lorsque les hommes d’équipage se réveillèrent dans l’embarcation de fortune, il faisait presque jour et devant eux se présentait le port de Vieille Ville. Il leur fallu un peu de temps pour réaliser où ils étaient et lorsque ce fut fait, c’est la rage qui s’empara d’eux. Ils se mirent à vociférer, à menacer le jeune homme « qui les avait roulé ». Mais Aerikur connaissait bien les marins ; il suffisait de rester calme et de les déconcerter en leur promettant ce qu’ils veulent. Aussi, les laissa-t-il le prendre au col et lui demander « ce qu’ils foutaient là » ce à quoi, il répondit le plus calmement du monde ;
« -Messieurs, nous sommes ici pour embarquer. Vous avez remarqués que notre embarcation ne vaut pas grand-chose alors je vous propose d’en choisir une nouvelle.
Et du menton il fit un geste vers la Baie où trois navires, dont l’Hydre, mouillaient. A ces mots, une lueur de cupidité s’alluma dans les yeux des marins.
-C’est bon petit, on te suit ! »
Et c’est ainsi que l’affaire fut réglée. Aerikur réussit vite à convaincre les matelots de s’attaquer au plus beau des drakkars présents. Sa stratégie était simple ; partant du principe qu’à l’aurore tout le monde dort et sachant que l’équipage était à terre car dans la ville pour encore une semaine, Aerikur comptait s’emparer du navire en y grimpant par les bordages. Là, il éliminerait les gardes s’il y en avait puis lèverait l’ancre pendant que l’ancien capitaine et son équipage cuvaient leur vin à terre.
Ainsi donc, la petite troupe s’approcha de l’embarcation, y grimpa, profitant de la coiffe de nage basse caractéristique des navires vikings. La sentinelle était bien là, avachie à a proue et visiblement plaine de vodka. Deux matelots saisir le marin et le placèrent dans l’embarcation qui leur avait servie à venir jusqu’ici. Ensuite, la petite troupe fit voile vers le large.
Le premier soin qu’eu le capitaine, fut de renommer le drakkar, de L’Hydre il devint Le Dragon des mers. La différence n’était pas des plus marquantes mais suffirait à faire croire à « la disparition fantastique de l’Hydre » de plus, Aerikur eu également soin de faire modifier la figure de proue.
Dans les jours qui suivre cette prise, il navigua au large afin qu’on l’oublia quelques temps mais dès qu’il le jugea possible, il revint à terre mais à bonne distance de Vieille ville.
Pendant une année, les marins prirent leur mal en patience mais ils ne purent souffrir de rester plus longtemps aux ordres d’un garçon aussi jeune, fût-ce celui qui leur avait obtenue un drakkar aussi beau que Le Dragon des mers. Mais Aerikur fit alors preuve d’un très bon esprit d’observation. Il avait comprit le ressentiment de ses hommes et savait que quelque chose se préparait. Alors, il profita d’une brève escale pour filer à l’anglaise, emportant avec lui tout ce qu’il pouvait transporter de denrée vendable que le navire transportait (non, ils ne s’étaient pas fait pirate mai honnêtes commerçants).
De retour sur terre après 4 ans de mer, il ne savait où aller. Bien sûre, il y avait le foyer paternel mais il ne se sentais pas encore capable d’y retourner, aussi décida-t-il d’aller s’installer, pour un temps du moins, dans un petit village. Il en savait pas du tout comment il y gagnerait sa vie, mais cela n’avait pas d’importance, jusqu’à maintenant, tout, ou presque, lui avait souris et il comptait sur sa chance pour réussir ce nouveau projet.
Afin d’éviter toute rencontre fâcheuse avec ces anciens hommes de mains, il se décida à aller vivre un peu plus loin dans les terres. Il y trouva Source la Forêt. Une petite bourgade qui, comme son nom l'indiquait se situait à la lisière de la forêt. Les habitants avaient construits leurs cabanes autour d’une source de telle façon que celle-ci en marquait le centre. Le jeune Aerikur arriva un jour de marché.
La place principale du village était pleine à craquer. On ventait ses produits respectifs et c’était à qui crierai le plus fort pour couvrir le brouhaha ambiant. Un pue désorienté, Aerikur s’adressa au premier vendeur qui se présenta, lui expliquant qu’il cherchait du travail et un moyen de s’installer dans le village. Il s’entendit répondre que le meunier avait sûrement besoins d’aide au moulin.
Meunier, c’était un métier comme un autre pour débuter et le garçon s’en sentait autant capable que n’importe quoi d’autre, aussi se rendit-il immédiatement au lieu indiqué. Le moulin se dressait sur la rive gauche d’une petite rivière turbulente. Sur la rive droite, une petite forêt lançait ses branches à la conquête du ciel. Tout était plus calme au bord du ruisseau et on entendait le son sourd et mat de la meule du meunier qui s’actionnait par la force de l’eau. Bien sûre, Aerikur avait déjà vu de tels mécanismes mais il ne pouvait que s’émerveiller à nouveau dès qu’il en voyait un. Cette capacité de l’homme à créer le fascinait.
L’intérieur du bâtiment était plein de poussière de farine en suspension dans l’air et les rayons de soleil qui filtraient au travers donnaient un aspect spectrale à l’ensemble. Le meunier était occupé à entasser des cas de farines à l’extérieur, visiblement dans l’attente de ceux qui viendrait les récupérer.
« -Bonjour, monsieur et excusez-moi de vous déranger, mais on m’a dit que je trouverai du travail ici.
Le meunier, surpris de la présence de l’étranger répondit une pointe de méfiance dans la voix.
-A bon ? On t’a dit ça ?
La question de l’homme n’attendait pas de réponse et Aerikur resta là, pantelant, pendant quelques instants puis le meunier déposa un dernier sac sur son tas, se frotta les mains et jaugea le jeune homme qui se tenait devant lui. Il était musclé, son regard exprimai de la détermination et aussi… de l’expérience semblait-il. Le meunier devait bien l’admettre, il n’était plus tout jeune et avait cruellement besoins d’une aide qui compenserait ses douleurs aux articulations.
-Qui t’envoies ? reprit-il
-Le fromager, au marché, il m’a dit que vous aviez besoins d’aide.
Le meunier réfléchis encore quelques instants puis déclara :
- Ma foie, mon garçon, ce sera pas de refus. Je te prends à l’essai aujourd’hui on verra ce que tu vaux et comment on organise la suite. Ça te va ?
Aerikur acquiesça.
-Bien, alors tu vas attendre ici que le boulanger vienne chercher la farine et tu lui chargeras dans son chariot. Je veux pas qu’il t’aide, qu’on soit claire. Et même s’il insiste, c’en est hors de questions ! Compris ?
-Oui monsieur, merci ! »
C’est ainsi qu’Aerikur commença à véritablement travailler. La journée se déroula sans anicroche et le soir venu le meunier lui proposa de rester encore quelques temps en échange du couvert, du logis et de quelques piécettes. Depuis que les dragons-fée chassait le métal et donc depuis l’arrivée des humains sur l’île, la population avait dû s’adapter. La monnaie n’était plus en cuivre mais en bois. Le bois le plus dure que l’on ait pu trouver sur l’île, il avait une couleur ambrée et ses feuilles ressemblaient à celles des pins bien qu’elles tombassent en hiver. C’était un arbre que l’on ne trouvait que sur un point précis de l’île, aussi la Banque des Prairies s’y était-elle tout naturellement installée. Ce système convenait à tout le monde et les différents chefs de clans estimaient que si la banque se mettait à user excessivement des arbres, ils n’auraient qu’à tout brûler !
Mais enfin, Aerikur n’en était pas là. Cela faisait une semaine qu’il était chez le meunier. Il s’entendait bien avec le vieil homme. Celui-ci était aussi taciturne qu’un marin et était dure à la tâche.




Le forum et vous
☩ Comment avez-vous connu le forum ? Partenariat avec Ewilan RPG !
☩ A première vue, que changeriez-vous sur le forum ? La police du titre peut-être, juste pour améliorer l’effet visuel. Et je pense que j’ajouterais une image pour chaque topic. Si d’autres idées me viennent, je vous en ferais part !
☩ A quel rythme répondez-vous généralement ? Une fois par semaine environ.

☩ Si vous quittez le forum un jour, préférez-vous que votre personnage...
[X] meurt dans des circonstances aussi logiques que possible
☩ Et la question qui tue... gâteau au miel ou clafoutis aux cerises ? What a Face Gâteaux au miel !


© By A-Lice sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Jolgeirr Jorkiel


avatar


Date d'inscription : 16/01/2016
Messages : 117
Age du personnage : 26 ans
Divinité protectrice : Skadi
Pouvoir : Gel des muscles - coeur gelé
Age : 27

MessageSujet: Re: Aerikur Njall   Lun 30 Mai - 21:55

Bienvenue à toi, collègue Chef de Clan.

Je n'ai pas encore lu toute ta fiche (juste le caractère et le physique pour le moment) mais le début s'annonce prometteur. Nous devrions passer sur ta fiche d'ici peu de temps mais tu sembles avoir bien cerné le personnage.

Pluie de gâteaux au miel sur toi et les tiens.

_________________

Entends le SILENCE qui révèle le chant du monde

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t18-jolgeirr-jorkiel
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Aerikur Njall   Mar 31 Mai - 15:11

Pour la validation, rien ne presse, j'ai pas finie l'histoire XD mais j'y travaille ^^
En tous cas, merci, vous êtes hyper réactifs par ici!!

N'hésitez pas à me prévenir si ça ne vas pas! Au fait, j'ai ajouté un petit quelque chose dans l'histoire concernant le monnaie. je vous laisse juger de la pertinence de la chose ^^
Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Ragnvald


avatar


Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 144
Age du personnage : 31 ans
Divinité protectrice : Idunn
Pouvoir : Transfert de propriétés végétales

MessageSujet: Re: Aerikur Njall   Mar 31 Mai - 15:36

Bienvenue officiellement!

J'aime bien le clan de l'eau, Sio' y passé pas mal de temps et y a beaucoup de connaissances, on pourra peut-être se trouvé un lien du coup^^

Bon courage pour la suite de la rédaction de ta fiche ♥

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t64-siobhan-ragnvald-herboriste-fille-d-idunn http://www.ewilanrpg.com/
Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: Aerikur Njall   Mar 31 Mai - 17:45

Pas de souci pour le lien. je peux même l'intégrer à l'histoire si tu veux. Je suis en train d'écrire l'histoire d'Aerikur lorsqu'il est à terre, avant de rejoindre la demeure de son père pour y prendre une épouse. Peut-=-être que Siabhan pourrait l'avoir rencontré dans le village où Aerikur à bossé plus jeune.
T'en dis quoi?!
Revenir en haut Aller en bas
Siobhán Ragnvald


avatar


Date d'inscription : 16/04/2016
Messages : 144
Age du personnage : 31 ans
Divinité protectrice : Idunn
Pouvoir : Transfert de propriétés végétales

MessageSujet: Re: Aerikur Njall   Mar 31 Mai - 23:37

Super! Tout dépend cela fait combien de temps en fait^^ Le premier voyage de Sio' au Clan de l'Eau fut il y a 10 ans et y allait régulièrement jusqu'à il y a 7 ans. Ses visites sont ensuite devenues plus rares et uniquement professionnelle, elle ne s'attarde plus dans cette région, ne souhaitant pas tomber sur certaines personnes. Bref, on peut discuter de tout ca via MP si ca colle avec ton histoire et si tu le souhaite Wink

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stigandr.forumactif.org/t64-siobhan-ragnvald-herboriste-fille-d-idunn http://www.ewilanrpg.com/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Aerikur Njall   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aerikur Njall
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Njall, le Marcheur du Nord [Terminé]
» NJALL. J HAARDE ► Oscar Spendrup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stigandr - le forum RPG fantasy nordique ! :: Création et gestion des personnages :: Fiche de personnage :: Fiches refusées ou abandonnées-
Sauter vers: